La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Gros Plan

D’Œil et d’oubli

D’Œil et d’oubli - Critique sortie Avignon / 2017 Avignon Avignon Off. Théâtre des Hivernales
Crédit : Nina Flore Hernandez Légende : Une suspension qui guide les corps chorégraphiés par Nans Martin.

Théâtre des Hivernales
Chorégraphie Nans Martin

Publié le 25 juin 2017 - N° 256

Seulement trois pièces à son actif à la tête de sa compagnie Les Laboratoires animés. En jeune chorégraphe, Nans Martin peaufine son écriture en prenant le temps et l’espace pour l’exposer.

D’Œil et d’oubli est une pièce qui a beaucoup à voir avec le temps, tant elle propose la suspension comme mode d’être au plateau. Ici pas de fulgurances, plutôt des marches, des traversées, des attentes, qui s’organisent en circulaire autour d’une construction en bois installée au centre du plateau. Presque un totem qui s’élève vers le ciel, un clocher, pourquoi pas. Les sept interprètes semblent engager leurs corps dans une forme d’acceptation inexorable, tous tendus vers le fait même d’avancer, de se croiser, de se sentir. Une lumière, réduite à sa seule ampoule, devient le moteur pour les rassembler : quelles histoires ont-ils donc en commun, quel est le silence qui semble traverser leurs corps ? Ce besoin de clarté donne le signal pour une contagion plus profonde des gestes entre eux. Les déplacements deviennent plus amples, les corps osent le contact furtif, les rencontres, les emmêlements. Avec, toujours au bout du compte, le moment de la pause, qui sonne le glas de l’inachevé, de l’attente, d’un vide à combler.

Une recomposition spatiale

Pendant ce temps, l’espace devient lui aussi une matière en transformation que le petit groupe prend à bras-le-corps. Plaque par plaque, ils démantèlent le monument pour en réorganiser les composantes, ici ou là, rythmant un espace qui se construit et se déconstruit au fil de la pièce. Plus la représentation avance, plus le sol semble un partenaire à explorer. L’horizontalité impose de nouvelles normes, de nouvelles formes, avec ces corps allongés vers lesquels on se rassemble comme pour se recueillir. Et pour mieux se relever, et exprimer le désir du toucher, de la consolation. En aucun cas narrative, D’Œil et d’oubli produit, dans les corps, dans le temps étiré, et dans l’espace très travaillé, un grand nombre d’images. Le spectateur lui-même est placé dans un temps suspendu, qu’il faut accepter pour entrer dans sa poésie.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

D’Œil et d’oubli
du Dimanche 9 juillet 2017 au Mercredi 19 juillet 2017
Avignon Off. Théâtre des Hivernales
16 Rue Guillaume Puy, 84000 Avignon, France

à 15h45, relâche le 13. Tél. : 04 90 82 33 12. Spectacle vu au Théâtre Paul Eluard de Bezons.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes