La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Gros Plan

Die Kontrakte des Kaufmanns. Eine Wirtschaftskomödie

Die Kontrakte des Kaufmanns. Eine Wirtschaftskomödie - Critique sortie Avignon / 2012

Publié le 10 juillet 2012 - N° 200

(Les Contrats du commerçant. Une comédie économique)

Pour la première fois invité au festival d’Avignon, le jeune metteur en scène allemand Nicolas Stemann poursuit la réflexion sur la crise financière qu’il avait amorcée avec Sainte Jeanne des abattoirs, de Bertolt Brecht, en 2009. Il crée Les Contrats du commerçant – Une comédie économique, un « texte évolutif » du Prix Nobel de littérature Elfriede Jelinek.

« Il est l’un des rares à savoir quoi faire de mes textes, et surtout : il veut en faire quelque chose, déclare Elfriede Jelinek à propos de Nicolas Stemann, metteur en scène qui a par le passé créé deux de ses pièces (Le Travail en 2004 et Ulrike Maria Stuart en 2007). Je ne sais pas vraiment ce qui nous lie – peut-être est-ce la musique, pour moi c’est la musique classique, pour lui la pop. C’est peut-être cette ouverture à la musique qui conduit un individu partout où il veut. Il semblerait en outre que mes textes stimulent sa créativité. » Né à Hambourg en 1968, Nicolas Stemann s’est fait remarquer en 1997 avec sa Trilogie de la terreur (Antigone de Sophocle, La Mouette d’Anton Tchekhov, Léonce et Léna de Georg Büchner), avant d’attirer l’attention au-delà même des frontières germaniques, en 2002, grâce à une mise en scène décalée de Hamlet de William Shakespeare. Cherchant à établir un « équilibre dynamique entre le texte, la dramaturgie et la machinerie théâtrale », le metteur en scène donne corps à des spectacles au sein desquels la notion d’inattendu est prépondérante.
 
Un théâtre de l’urgence
 
Des spectacles qui mobilisent mots, corps, musiques, scénographie, vidéos pour engendrer« un théâtre de l’urgence, engagé politiquement et en perpétuelle réinvention ». Aujourd’hui, Nicolas Stemann crée Les Contrats du commerçant – Une comédie économique, une pièce sur les dérives de la spéculation qu’Elfriede Jelinek modifie régulièrement depuis 2008, en fonction de l’évolution de la crise économique. Comédiens, musiciens, techniciens, vidéastes, dramaturge et metteur en scène sont présents sur scène : tous participent à la mise en mouvement de cette représentation exubérante « qui tient autant de la lecture, du concert, de la performance, du chœur antique, du show télévisé que de l’assemblée d’actionnaires ». Prenant des allures de cabaret, cette « satire à l’ironie salutaire » déborde du plateau et laisse les spectateurs circuler librement. Car Nicolas Stemann souhaite faire primer le présent. Un présent qui, dans la cour du lycée Saint-Joseph, s’élève contre « l’opacité d’un système où la peur, l’avidité et le cynisme semblent régner en maîtres ».
 
Manuel Piolat Soleymat


Festival d’Avignon. Cour du lycée Saint-Joseph. Du 21 au 26 juillet 2012, à 21h30. Tél : 04 90 14 14 14. Durée estimée : 3h20.
 
Cour du lycée Saint-Joseph
D’Elfriede Jelinek / mes Nicolas Stemann

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes