La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

La drôlerie désenchantée

La drôlerie désenchantée - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre des Abbesses

Publié le 29 octobre 2012 - N° 203

Artiste associé au Théâtre de la Ville, David Lescot présente deux créations, Les Jeunes et Quarante-cinq tours.

Il a le charme adolescent, l’humeur souvent mélancolique rehaussée d’une piquante ironie. Acteur, auteur, metteur en scène et musicien, David Lescot cueille sa matière à pleine vie. « J’aime observer la manière dont les gens vivent, non pas mis en situation exceptionnelle, mais là où ils se dépouillent de leurs costumes sociaux. Je les regarde en documentariste. Le théâtre est un lieu d’observation de l’humain dans son milieu. L’extraordinaire et l’étrangeté que recèle le quotidien me fascinent, comme chez Kafka. Son réalisme, philosophique, traque l’insolite et l’incongru pour dévoiler les structures latentes, cachées au cœur de la réalité la plus triviale. ». Son théâtre lui ressemble : drôle et douloureux à la fois, lardé d’humour et de fantaisie, il saisit l’humain dans l’état furtif de ses moments de grâce intime et ses vaines ambitions tout en tailladant gaiement les travers de société et les outrances matérialistes. « C’est un humour très juif, plein d’autodérision sans être autodestructeur, pour dire les tentatives héroïques vouées à l’échec. Perdants, mais avec panache ! Cette faillite fait aussi la grandeur de l’humain. ». C’est justement avec Un Homme en faillite, qui obtient le Prix du Syndicat national de la critique de la meilleure création en langue française en 2007, que David Lescot s’impose à la scène et se voit couronné du prix Nouveau Talent Théâtre de la SACD.

 

Théâtre en musique

 

Depuis Les Conspirateurs en 1999, il trace le sillon d’une œuvre où résonnent encore les échos d’enfance et surtout la musique. « Je suis musicien, venu au théâtre pour allier tout ce que j’aimais : l’écriture, le chant, la musique, le groupe… ». Dans Quarante-cinq tours, forme développée de Trente-trois tours créé en 2011 au Festival d’Avignon dans le « Sujet à vif », il reprend la structure d’un disque vinyle : soit quinze pièces de trois minutes, qui déclinent en chansons, saynètes, danses et quelques airs de guitare la rencontre avec le danseur et chorégraphe DeLaVallet Bidiefono. Ces deux-là mènent la lutte, ensemble mais contre, tout contre, et cherchent la bagarre comme possibilité de se connaître, donnant, par leur dissonance physique, des éclats de farce tragique à ce dialogue rocambolesque entre geste et discours. Avec Les jeunes, David Lescot se glisse dans les coulisses de l’adolescence et raconte en musique l’ascension et l’explosion de deux groupes de rock, « Les Schwartz » et « Les Pinkettes ». Entre idéalisme et folie douce, manifestes esthétiques utopiques et rêves de gloire marchande, filles et garçons déboussolent les règles pour s’inventer un avenir au seuil de tous les possibles…

 

Gwénola David

A propos de l'événement

DAVID LESCOT, LES JEUNES, QUARANTE CINQ JOURS
du Jeudi 8 novembre 2012 au Samedi 24 novembre 2012
Théâtre des Abbesses
31 rue des Abbesses, 75018 Paris.
Les jeunes  du 8 au 24 novembre à 20h30, 14h30 ou 15h, relâche certains jours. Quarante-cinq tours, du 9 au 21 novembre à 20h30 ou 15h, relâche certains jours. Tél. : 01 42 74 22 77. Ses pièces sont publiées aux Éditions Actes Sud-Papiers.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre