La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Corps étrangers

Corps étrangers - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de la Tempête

Théâtre de la Tempête
De Stéphanie Marchais / mes Thibaut Rossigneux

Thibaut Rossigneux met en scène une fable fantastique qui ausculte la science et le mystère du vivant.

« A l’église je manœuvre toujours pour m’asseoir derrière lui. (…) L’étrangeté de son allure je te l’avoue, bouleverse mon sens de l’esthétisme, je ne sais pas le dire autrement. ». Depuis des mois, Hunter, médecin de campagne habile au scalpel, observe O’Well, le géant de la ville. Né tordu, tassé au commencement, voûté en ogive par le temps, l’homme vit reclus dans sa tanière, soliloque parmi les ombres, discute de graines germées avec son voisin apothicaire ou dialogue secrètement avec sa fille enfouie sous la terre. Hunter, qui pratique la dissection de cadavres en tout genre, traque cette inquiète silhouette, fascinante par l’extravagance de sa taille et sa difformité, par sa différence d’avec le commun des mortels. Il la désire par delà toute raison. Sans doute parce qu’il devine sous la peau de sa proie l’articulation des chairs, la mécanique des os, la pulsation du sang… le mystère du vivant.

Dispositif plastique

Auteure de bel imaginaire, Stéphanie Marchais ourdit son texte aux lisières du fantastique et tend la quête de l’anatomiste sur la trame d’un questionnement sur la science quand elle s’obstine dans sa recherche jusqu’à la folie. La vie et la mort, le passé et le présent, l’organique et le technologique sans cesse se troublent dans le clair-obscur des êtres. C’est toute l’intelligence de la mise en scène de Thibault Rossigneux, qui cosigne aussi la scénographie, que de donner corps à ces visions. La partition, qui enchâsse des monologues ponctués de scènes dialoguées, mériterait certes d’être resserrée pour tenir mieux la tension dramatique. Mais Christophe Girard (O’Well) s’empare de cette langue très littéraire avec le souffle qu’on lui connait et libère d’entre les mots la douleur sourde de ce poignant colosse. Il trouve des partenaires à sa mesure, notamment chez Géraldine Martineau qui apporte une juste touche d’innocence. Le dispositif plastique, tapissé de terre, se déploie comme un espace symbolique et dévoile le for intérieur des personnages, là où résonnent les peurs d’enfance et l’effroi métaphysique face à l’énigme de l’humain. « Ce n’est que ça un homme, Quelques grammes de chairs rouges ? »… La question reste en suspens.

Gwénola David

A propos de l'événement

Corps étrangers
du Vendredi 17 janvier 2014 au Dimanche 16 février 2014
Théâtre de la Tempête
Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris.
Jusqu’au 16 février 2014, à 20 h 30, sauf dimanche à 16h30. Tél. : 01 43 28 36 36. Puis le 18 mars 2014, à La Faïencerie-Théâtre, Allée Nelson, 60104 Creil. Tél. : 03 44 24 01 01. Durée 1h50.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre