La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Cartel

Cartel - Critique sortie Danse Paris (salle Boris Vian)
Légende : Jean Guizerix et Dalila Khatir dans Cartel de Michel Schweizer (c) Frédéric Desmesure

La Grande Halle de la Villette / conception Michel Schweizer

Publié le 13 novembre 2013 - N° 214

La nouvelle création de Michel Schweizer interroge le parcours de danseurs classiques, depuis les débuts, et une fois passé l’âge de la retraite. 

Michel Schweizer a travaillé avec des chiens et leurs maîtres (Bleib), avec des adolescents (Fauves), et se tourne aujourd’hui vers un autre milieu « à risque » : celui des danseurs classiques. Il réunit deux danseurs étoiles, qui ont depuis longtemps pris leur retraite de l’Opéra de Paris (Jean Guizerix et Cyrille Atanassoff), un  danseur classique de 21 ans (Romain Di Fazio) et une chanteuse lyrique (Dalila Khatir). Il s’agit pour Michel Schweizer d’interroger les codes du classique, cette discipline « qui sublime le corps dans une virtuosité normée » et qui, dit-il, « continue d’entretenir avec le présent une bien étrange relation »… Mais il s’agit aussi d’interroger ce qui pousse des hommes à faire le choix d’entrer dans une forme d’ascèse. C’est donc avec des questions – et peut-être des préjugés à dépasser – que Michel Schweizer s’est tourné vers eux : dans quelle mesure ces hommes, par la passion de la danse, se sont-ils « extraits du monde » ? Leur vie a-t-elle été « saturée » par la recherche de l’excellence ? Comment, aujourd’hui, peuvent-ils trouver un espace de liberté sur scène ?

« Une forme élaborée d’entente »

Michel Schweizer ne veut plus qu’on l’appelle « chorégraphe », et de fait, c’est avec des modes de travail hétéroclites, et débordant les frontières disciplinaires, qu’il aborde chacune de ses créations. En nommant celle-ci Cartel, il invite à penser « une forme élaborée d’entente entre plusieurs partis, groupes d’intérêts », organisation commune dont le capital humain constitue le fondement… Chacun des quatre « adhérents » à ce cartel sera donc pris dans une dynamique à la fois collective et individuelle, que Michel Schweizer appelle joliment une « dynamique de décroissance » : un projet visant à mettre au jour « ce qui constitue et a constitué la verticalité intime, professionnelle et sociale de chaque danseur. »

Marie Chavanieux

A propos de l'événement

Cartel
du Mardi 3 décembre 2013 au Vendredi 6 décembre 2013
(salle Boris Vian)
211 avenue Jean Jaurès, Paris 19e
Du 3 au 6 décembre 2013 à 20H (le jeudi à 19H30). Tél. 01 40 03 75 75. A voir aussi à Bordeaux dans le cadre de Novart.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse