La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Candide – Si c’est ça le meilleur des mondes…

Candide – Si c’est ça le meilleur des mondes… - Critique sortie Théâtre St Etienne-de- Rouvray Théâtre Rive-Gauche
Maëlle Poesy. Crédit : D.R

D’après Voltaire / Adaptation Kevin Keiss et Maëlle Poesy / mes Maëlle Poesy

Publié le 28 octobre 2014 - N° 225

La compagnie « Drôle de bizarre », jeune collectif formé à l’Ecole du Théâtre National de Strasbourg, jardine un Candide porteur des espoirs et des questionnements de sa génération.   

En adaptant le plus fameux des contes philosophiques voltairiens pour la scène, quelles ont été vos motivations ?

Maëlle Poesy: Candide me parle du passage de l’innocence à la connaissance. Durant toute la fable, il vit les pires cauchemars, ballotté par les événements, sans jamais se départir de sa fraîcheur, ne tirant aucune leçon, rejetant toute idée de métaphysique. L’absence de réflexion de Candide fait grandir en nous la nécessité de se poser les bonnes questions pour obtenir les bonnes réponses, celles qui nous permettront, peut-être, de  vivre heureux. En passant  à l’âge adulte, nous faisons tous l’expérience de la désillusion du monde. Aux yeux du jeune collectif que nous sommes, il nous a paru important d’explorer le champ de questionnement ouvert par le texte. Cela nous a semblé d’autant plus intéressant que cette jeune figure de l’anti-héroïsme, terriblement éprouvée par le monde tel qu’il va, n’abandonne pas pour autant sa quête : il cherche vaille que vaille le meilleur des mondes possibles. Aujourd’hui, tout semble irrévocable. Pouvons-nous, devons-nous nous résoudre à nous replier sur notre jardin ? Comment retrouver des marges de manœuvre, inventer des possibles, renouer avec l’idéal, avec l’utopie ?

 

« L’absence de réflexion de Candide fait grandir en nous la nécessité de se poser les bonnes questions. »

 

Comment envisagez-vous la mise en scène ? 

M. P. : Pour faire entendre cette course éperdue de liberté, Kevin Keiss et moi-même avons pris appui sur le fait qu’il s’agit avant tout d’un conte. C’est-à-dire une histoire que l’on raconte, et qu’il convient de faire entendre. Candide n’est jamais explicatif, jamais injonctif sur les conclusions à tirer. Rien n’est théorisé. Comme dans un conte pour enfant, le pouvoir de suggestion, la part d’imagination est totale. Il y a là un formidable matériau théâtral qui instruit une vraie machinerie dramatique poétique et fantastique.

 

Comment avez-vous travaillé ?  

M. P. : Passer du texte à la scène est une vraie gageure. Mais la liberté que nous offrait le conte nous a enthousiasmés. Nous ne sommes pas partis d’une adaptation rédigée, figée. Nous l’avons travaillée avec les comédiens sur le plateau dans un dialogue constant en ayant choisi un fil rouge : nous attacher au regard de ce jeune homme neuf qui n’a pas les codes pour comprendre la société dans laquelle il vit et qui cherche le meilleur des mondes, soulevant les paradoxes, démystifiant les obscurantismes et les fanatismes. La figure de Candide est incarnée par un seul et même comédien. Cinq acteurs narrent tour à tour ses mésaventures. Mais à mesure que le récit avance la machine s’emballe ; la distribution vole en éclat. Chacun des cinq acteurs doit jouer cinq à dix rôles. Une course effrénée et jubilatoire.

 

Propos recueillis par Marie-Emmanuelle Galfré 

A propos de l'événement

Candide – Si c’est ça le meilleur des mondes…
du Jeudi 13 novembre 2014 au Samedi 15 novembre 2014
Théâtre Rive-Gauche
20 Avenue du Val l'Abbé, 76800 Saint-Étienne-du-Rouvray, France

Mardi 18 novembre 2014 à 20h30, Théâtre Rive-Gauche, 20, avenue du Val l’Abbé, 78 800 St Etienne-de- Rouvray. Tél : 02 32 91 94 94. Et aussi, le 25 novembre 2014 au théâtre d’Auxerre, les 28 et 29 novembre 2014, le 1er et 2 décembre au Théâtre de Vanves, les 9,10,11, 12 et 13 décembre 2014 à La Rose des Vents, Villeneuve-D’Ascq, le 18 décembre 2014 à la Scène Nationale d’Evreux Louviers, les 12, 13 et 14 février 2015 au Théâtre du Gymnase à Marseille, les 17,18 et 19 février 2015 à l’Espace des Arts de Chalon-sur-Saône,les 24,25,26,27 et 28 février 2015 au Théâtre des Célestins, Lyon, les 3,4 et 5 mars 2015 à l’Espace Malraux, Scène Nationale de Chamberry, le 23 avril  2015 à L’Equinoxe, Châteauroux.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre