La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Bigre

Bigre - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre Tristan Bernard
Pierre Guillois, Agathe L’Huillier et Olivier Martin-Salvan dans Bigre. Crédit photo : Pascal Pérennec

Reprise
Théâtre Tristan Bernard / de et avec Pierre Guillois / coécrit et interprété par Agathe L’Huillier et Olivier Martin-Salvan

Publié le 23 mai 2015 - N° 244

Pierre Guillois, Agathe L’Huillier et Olivier Martin-Salvan se font les chantres du burlesque en chambre. Sous les toits, trois curieux voisins partagent les joies et les peines du quotidien et poétisent leurs ratages.

« Tout jadis. Jamais rien d’autre. D’essayé. De raté. N’importe. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux. » : cette formule de Beckett, extraite de Cap au pire, pourrait servir de maxime aux trois énergumènes réunis sur scène par Pierre Guillois. Rien ne va et tout ira toujours de travers, mais dans les interstices de la série des catastrophes, le bonheur est total, même s’il est fugace et immédiatement contrarié. Mais tel est le difficile métier de vivre, et ces trois athlètes du quotidien ne manquent pas de ressources pour faire la fête, malgré l’ingratitude du destin ! « Il y a le geek, le bordélique et l’apprentie en médecines plus ou moins douces. » Un palier et des toilettes communes, et trois chambrettes : à jardin, l’espace immaculé où Olivier Martin-Salvan, en maniaque du grain de poussière, soigne sa névrose obsessionnelle à grands renforts de vide-ordures et de sanibroyeur ; à cour, la bonbonnière rose dans laquelle Agathe L’Huillier torture son poisson rouge et ses voisins en visite ; au centre, Pierre Guillois composant avec son syndrome de Diogène…

Cascadeurs du rire

Comme toujours dans le burlesque, il n’y a pas de narration globale, mais une série de gags rondement menés, sur un rythme trépidant : il faut saluer le travail invisible des accessoiristes, qui gèrent avec brio les effets de machinerie et l’avalanche des accessoires, qui vont du soutien-gorge volant au lapin écorché ! Les événements les plus inattendus et les plus délirants font constamment irruption dans une vie qui pourrait être paisible si les objets, les mouches, les placards et les portes ne s’ingéniaient pas à la brutaliser constamment. La précision diabolique des enchaînements entraîne le spectateur de surprise en surprise et provoquent des rires en cascade. Si le spectacle est sans paroles, il n’est pas sans voix : Roland Auffret a composé une bande sonore avec tous les bruits de la vie et du monde, de celui des sphincters à ceux de l’hélicoptère, et là encore, l’harmonie du désastre est jubilatoire ! On devrait pleurer devant le spectacle de cet accablement continu et on en rit : ainsi va et ainsi vaut la vie quand la distance de l’humour en allège la tragédie !

Catherine Robert

A propos de l'événement

Bigre
du Jeudi 26 mai 2016 au Samedi 30 juillet 2016
Théâtre Tristan Bernard
64 Rue du Rocher, 75008 Paris, France

Du mardi au samedi à 20h30 . Tél. : 01 44520840. Durée : 1h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre