La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Aux corps prochains (sur une pensée de Spinoza)

Aux corps prochains (sur une pensée de Spinoza) - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre national de Chaillot
Stanislas Roquette dans Aux corps prochains. Crédit photo : Charles Habib-Drouot

Théâtre National de Chaillot / d’après Spinoza / conception de Denis Guénoun et Stanislas Roquette / mes Denis Guénoun

Publié le 17 avril 2015 - N° 232

Après avoir exploré le temps en compagnie d’Augustin, Denis Guénoun et Stanislas Roquette persévèrent dans l’être sur les traces de Spinoza, continuant de croiser philosophie et théâtre.

Comment mettre en œuvre physiquement et scéniquement une expérience de pensée ? Le travail commencé par Denis Guénoun et la compagnie Artépo avec Platon et Augustin, inaugure une nouvelle étape exploratrice en cheminant dans le labyrinthe géométrique de l’Ethique, guidé par l’éclairage heuristique de Gilles Deleuze. Le but de ce travail est de « tenter un transfert » de la philosophie vers la scène, transformant la question philosophique de ce que peut un corps en problème scénique : « il ne s’agira pas de figurer ou d’illustrer la question par des situations, mots ou gestes, mais plutôt d’envisager comment le problème peut se poser comme problème de plateau : séquence d’actions, moments de présence, discours physique », dit Denis Guénoun. L’équipe, composée d’une dizaine d’artistes, s’attache à déterminer, pratiquement mieux que spéculativement, ce que peut physiquement le théâtre.

La pesanteur et la grâce

Le titre du spectacle, Aux corps prochains indique, par sa polysémie, la complexité de son adresse : il ne s’agit pas seulement de mettre en scène une dissertation sur celui que Deleuze appelait « le prince des philosophes », mais de convoquer les corps dans l’imminence de leur possibilité : « ils sont là, ils arrivent ». Le miracle de leur surgissement et de leur potentiel que le jeu rend efficace demeure une énigme pour le théâtre : « Cette surprise (physique) est l’élément même de l’art. Elle fournit à l’art son propos le plus opiniâtre : s’étonner du monde, tel qu’il est, imprévu pourtant. C’est ce savoir-là qui nous fait défaut et que l’art explore. » Ces corps, proches les uns des autres, sont aussi nos prochains, « comme on les aime, plus et mieux que soi ». « On le voit, la question est celle de la grâce. C’est bien la grâce du corps qui échappe à notre savoir constitué. Tout ce que nous savons du corps concerne sa lourdeur, sa pesanteur, son inertie. La grâce est ce qui nous échappe, et avec lui nous soulève. »

Catherine Robert

A propos de l'événement

Aux corps prochains (sur une pensée de Spinoza)
du Mardi 5 mai 2015 au Mercredi 13 mai 2015
Théâtre national de Chaillot
Trocadéro, 75116 Paris, France

Du mardi au vendredi à 21h. Tél. : 01 53 65 30 00.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre