La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Critique

Arca ostinata, cabinet de curiosités musical(es) de Nino Laisné avec le théorbiste Daniel Zapico

Arca ostinata, cabinet de curiosités musical(es) de Nino Laisné avec le théorbiste Daniel Zapico - Critique sortie Classique / Opéra
Légende : Le théorbiste Daniel Zapico dans Arca ostinata crédit : Nino Laisné

EN TOURNÉE / conception, scénographie et direction musicale Nino Laisné / théorbe Daniel Zapico

Publié le 17 décembre 2021 - N° 295

Bonlieu Scène nationale Annecy présente la nouvelle création de Nino Laisné, Arca ostinata, objet scénographique hybride qui revisite le répertoire des cordes pincées avec le théorbiste Daniel Zapico dans une fascinante traversée intimiste, visuelle et onirique, entre bestiaire et illusions d’optique.

Fruit d’une complicité artistique de longue date avec Daniel Zapico, le deuxième spectacle scénique conçu par Nino Laisné, quatre ans après Romances inciertos – un autre Orlando (2017), se veut comme un hommage poétique au théorbe et à son répertoire, méconnu au-delà de sa contribution au continuo baroque. Arca ostinata s’inscrit dans la continuité de l’exploration des hybridations de formes et de genres défendue par le metteur en scène français. Son dispositif scénographique, à l’ébénisterie raffinée, place l’interprète au cœur d’un triptyque évoquant la lutherie du théorbe. L’ensemble s’appuie sur une économie artisanale qui contribue à la délicatesse intimiste de cette traversée imaginaire, associant un bestiaire au florilège de pages musicales allant de la Renaissance à des variations contemporaines, arrangées par Daniel Zapico et Nino Laisné. Image et musique se nourrissent l’une et l’autre d’une réinvention du patrimoine. Manipulées sans automatisme numérique, les animations utilisent des procédés dérivés du principe de la lanterne magique, tandis que retables et enluminures ont fourni la matière de croisements animaliers fabuleux, en écho aux évocations portées par les partitions.

Théorbe augmenté au cœur d’un cabinet magique

Certaines séquences affirment une ivresse non dénuée de spectaculaire, à l’instar d’Obsesion, improvisations psychédéliques sur la chanson des Beatles I want you, secondées par des vapeurs fumigènes baignant dans des rousseurs infernales, ou encore la progression de l’ostinato à partir du son huasteco mexicain, sur laquelle défile un kaléidoscope de gravures. D’autres privilégient la fragilité d’instants intimistes, tels l’ouverture des pans du triptyque dans l‘Interlude adaptant un Rondeau de Marin Marais, ou encore l’ineffable finale, qui reprend la réécriture du Concert des oiseaux d’Estienne Moulinié ouvrant le spectacle, avec une atténuation progressive des lumières autour de la main de l’interprète, soulignant la subtilité du travail de Jimmy Boury. La réussite singulière de ce cabinet magique tient à la discrétion des effets, dont la virtuosité est  absorbée par l’enchantement poétique. L’informatique musicale, conçue par Arthur Frick, relaie et transforme, presque toujours en temps réel, le jeu et la sonorité du soliste – prolongements en écho ou modulations du grain sonore, pour façonner une sorte de théorbe augmenté jusqu’aux confins de la guitare ou de la percussion, sans jamais rompre la continuité de la matière instrumentale. Avec sa narration fluide, distillant une douce mélancolie, Arca ostinata revient aux sources du récital comme voyage musical, pour le réinventer en un objet scénographique original, suscitant une émotion qui dépasse les attentes.

Gilles Charlassier

A propos de l'événement

Arca ostinata
du mardi 25 janvier 2022 au jeudi 9 juin 2022

En tournée le 25 janvier 2022 à l'Espace des arts – Scène nationale de Chalon-sur-Saône,


les 2 et 3 février 2022 à Les 2 scènes – Scène nationale de Besançon,


le 8 février 2022 au Théâtre Molière – Scène nationale archipel de Thau,


les 17 et 18 février 2022, à Centre Pompidou, Paris,


le 5 mars 2022 à la Scène nationale d'Orléans,


le 4 mai 2022, à l'Arsenal-Cité musicale de Metz,


le 15 mai 2022 à La Soufflerie – scène conventionnée de Rezé,


le 17 mai 2022 au Théâtre de Cornouaille –  Scène nationale de Quimper,


le 9 juin 2022 à la Biennale Là-haut – Latitudes contemporaines, Lille.


Spectacle vu à Bonlieu-scène nationale.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra