La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Andromaque : Anne Coutureau propose une mise en scène remarquablement maîtrisée de la tragédie.

Andromaque : Anne Coutureau propose une mise en scène remarquablement maîtrisée de la tragédie. - Critique sortie Théâtre Paris CARTOUCHERIE
© Attilio Marasco Eléonore Lenne, interprète d’Andromaque.

Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie

Publié le 7 janvier 2022 - N° 295

Avec un très bel ensemble de jeunes comédiens, Anne Coutureau propose une mise en scène remarquablement maîtrisée de la tragédie. Jouant d’effets de contrastes et de gémellités, elle révèle avec classe toute l’amplitude de la partition, sculptée par la splendeur de la langue et par la puissance des affects.

Quel extraordinaire enjeu théâtral : la perfection de la langue alliée à la sauvagerie des désirs… Des désirs sans réciprocité, habituellement résumés par une implacable boucle : Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector, son défunt mari tué par Achille, père de Pyrrhus. Évitant le piège de l’actualisation ou de la modernisation, délaissant le contexte historique et mythologique au profit de l’intemporalité ou plutôt de l’éternelle actualité de ce qui se joue, la mise en scène juste et maîtrisée d’Anne Coutureau est une pleine réussite, qui révèle la démesure et la fragilité des êtres, la puissance des affects et des corps désirants, les antagonismes irréconciliables, les gémellités irrésistibles. Sur le plateau nu, espace où les dieux sont absents et où s’expose toute la vulnérabilité des êtres, le désir submerge, se fichant de toute notion de consentement, abandonnant toute prévision, raison ou stratégie politique. Profondément ancré dans la vérité de la langue exigeante et limpide, fondé sur la structure sublime et rigoureuse des alexandrins, le jeu exprime une liberté jouissive, créative, débordante, en premier lieu grâce au corps. Cela apparaît dès le tout début, lors des retrouvailles d’Oreste et Pylade qui s’empoignent chaleureusement. Et entre chaque acte, les corps s’élancent, la musique tonne, la parole fait place à une danse brute faite d’empoignades exprimant le maelstrom des émotions. Bien au-delà d’effets illustratifs, ces moments prolongent à merveille le texte dans ses non-dits et ses tumultes intérieurs.

Le désir amoureux, tragique et furieusement vivant

D’autant que dans un contexte de guerre ouverte plane tout au long de l’intrigue la menace de la mort, celle d’abord de l’enfant d’Andromaque, potentiel vengeur des Troyens que Pyrrhus tient à sa merci, mais aussi celle des protagonistes en proie à leurs pulsions, tous prêts à agir de manière extrême et aveugle. Avec leurs costumes contrastés, simples et beaux, leur maquillages de chef guerrier pour certains, ces personnages ont de la classe. À cet égard, la mise en scène accorde avec à-propos une grande importance aux personnages secondaires, voix autres qui s’efforcent de protéger les protagonistes amoureux contre eux-mêmes. La direction d’acteurs accorde parfaitement la partition, parfois dans la sobriété, parfois dans la fureur, toujours dans une sincérité empreinte de sacralité. Les lumières de Patrice Lecadre sont superbes. Anne Coutureau a fait confiance à une jeune équipe pour interpréter la tragédie, et malgré de petites fragilités de soir de première à L’Épée de Bois, tous sont remarquables. Eléonore Lenne (hiératique Andromaque), Louka Meliava (amoureux et glacial Pyrrhus), L’Éclatante Marine (Hermione, tout en fureur), Théo Askolovitch (éperdu Oreste), Clara Foubert (Céphise), Bellamine Abdelmalek (Pylade), Sébastien Gorski (Phoenix), Alexiane Torrès (Cléone) forment un très bel ensemble, pleinement engagé.

Agnès Santi

A propos de l'événement

Andromaque
du jeudi 6 janvier 2022 au dimanche 23 janvier 2022
CARTOUCHERIE
Route du Champ de Manœuvre, 75012 Paris.

Au Théâtre de l'Épée de Bois, du jeudi au samedi à 21h, le dimanche à 16h30. Tél : 01 48 08 39 74. Durée : 2h15. Spectacle créé au Théâtre de Suresnes  en novembre 2021.


x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre