La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

AMPHITRYON

AMPHITRYON - Critique sortie Théâtre Sartrouville Théâtre de Sartrouville et des Yvelines
Jessica Vedel (La Nuit) et Kristof Langromme (Mercure) sous la voûte étoilée d’Amphitryon. Crédit photo : André Muller

Théâtre de Sartrouville et des Yvelines / de Molière / mes Guy Pierre Couleau

Publié le 26 avril 2016 - N° 243

Théâtre de tréteaux et scénographie cosmique éblouissante, Guy Pierre Couleau réunit une troupe d’élite pour interpréter les variations amoureuses des mortels et des dieux. Une comédie enlevée, dont la fantaisie donne à penser.

La Nuit, en maîtresse sadique portée par trois esclaves masqués, doit imposer davantage de langueur au rythme de son char : ainsi l’ordonne Jupiter, en mal d’hyménée terrestre. Mercure vient négocier les conditions et la durée du rut divin ! Au-dessus du plateau nu, qui rappelle les tréteaux de l’Illustre Théâtre, Delphine Brouard a installé un magnifique décor, fait de boules et de suspensions excentriques, image poétique du ciel dont les contemporains de Molière commencent à mieux comprendre les lois. Les lumières de Laurent Schneegans s’amusent entre les volumes et les matières de cet empyrée sidérant de beauté, qui emprunte autant à l’imagination du baroque qu’à la rigueur mathématique, par l’équilibre calculé des tiges mobiles tenant les orbes. En un siècle où la physique découvre comment va le monde et abandonne à la métaphysique la question de savoir comment on y va, les dieux ont de moins en moins de place. Il n’y a plus guère qu’au théâtre qu’on trouve un deus ex machina ! Dans Amphitryon, les dieux se jouent des hommes, mais Molière se moque d’eux. Guy Pierre Couleau renchérit habilement dans l’ironie, se gaussant d’eux comme Molière le faisait de Louis XIV, l’air de rien, larvatus prodeo, comme disait Descartes, autre génie du Grand Siècle !

La révolution des astres annonce celle des hommes

Le Jupiter de Nils Öhlund est désopilant de ridicule, en fat sûr de ses effets : les dieux sont les derniers à croire qu’on croit en eux ! Luc-Antoine Diquéro (qui ressemble de manière stupéfiante à Molière dans sa composition de Sosie) joue génialement des niveaux de jeu. Dupe, moqueur, trompé, mais fondamentalement libre, même si on lui interdit de rentrer chez lui, puisque Amphitryon n’est rien d’autre que le maître de la maison où l’on mange : que valent les maîtres s’ils ne sont aimés que pour leur rôtissoire ? Et que vaut Louis XIV, ordonnateur prétentieux de sa gloire solaire, se prenant pour le centre du monde, alors que Giordano Bruno a fait depuis longtemps l’hypothèse qu’il en existait un nombre infini dans l’univers ? La mise en scène de Guy Pierre Couleau prend le pli de la farce, et les comédiens, tous excellents, conservent les excès de la commedia dell’arte sous leurs costumes modernes. Mais le metteur en scène use de l’ironie comme Galilée en ses Discorsi : le ridicule ne tue pas, mais il discrédite ceux qui en font preuve. Qui est épargné, à la fin ? Ni les dieux, ni les hommes, mais les femmes qui, comme Alcmène, ont pris double plaisir à l’aventure, ou qui, comme Cléanthis, gardent le pouvoir au foyer. Guy Pierre Couleau, avec finesse et subtilité, réussit à montrer combien le XVIIème siècle, à l’instar d’Alcmène portant le petit Hercule, est gros déjà des héros à venir qui, un siècle plus tard, installeront les Lumières sur la terre et l’audace dans le cœur des mortels, enfin débarrassés des tutelles inutiles des dieux et des puissants.

Catherine Robert

A propos de l'événement

AMPHITRYON
du Mardi 10 mai 2016 au Jeudi 12 mai 2016
Théâtre de Sartrouville et des Yvelines
Place Jacques Brel, 78500 Sartrouville, France

Les 10 et 11 mai à 20h30, le 12 à 19h30. Tél : 01 30 86 77 79. Durée : 1h45. Spectacle vu à la Comédie de l’Est.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre