La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Variété, écriture et mise en scène de Sarah Le Picard

Variété, écriture et mise en scène de Sarah Le Picard - Critique sortie Théâtre Paris theatre de l'aquarium
Variété © Marikel Lahana

écriture et jeu Anne-Lise Heimburger, Florent Hubert, Sarah Le Picard

Publié le 19 décembre 2019 - N° 283

Une création de Sarah Le Picard inspirée par Discorama, la fameuse émission de télévision consacrée à la chanson du temps de l’ORTF. Au-delà des projecteurs, une plongée dans l’intime qui révèle avec acuité l’envers du décor.  

Il y a quelque chose d’affreusement trivial dans le terme « variété », aujourd’hui plus ou moins disparu, qui désignait la chanson populaire telle qu’on la concevait dans les années 1950 à 1980, c’est-à-dire dans un très grand écart artistique qui allait de Sylvie Vartan à Léo Ferré ! Un temps qui était en partie aussi celui de l’ORTF, la télé de papa souvent en noir et blanc, celui notamment d’une émission célèbre, Discorama (1959-1974) et de son animatrice Denise Glaser, qui ont inspiré ce spectacle. Un temps où la télévision osait, et Denise Glaser plus que les autres, des cadrages serrés, des plans longs, des silences prolongés, une langue raffinée, des questions profondes, qui n’ont plus cours sur nos écrans. On pourrait s’étonner qu’une jeune auteure et comédienne telle que Sarah Le Picard ait ressenti l’envie de redonner vie sur scène à ce monde cathodique englouti. « Nous avons à cœur de parler de la variété, de nous plonger dans l’univers des tubes et de la chanson française » assure le dossier de présentation du spectacle. Pourtant, on a le sentiment d’assister, à la découverte de Variété, où la musique ne joue pas le rôle central et où l’on n’entendra aucun tube de l’époque, à tout autre chose.

Humour et cruauté

A un moment de théâtre remarquablement réalisé – écriture au cordeau, interprétation, direction d’acteur, prestations musicales de la chanteuse et du pianiste-compositeur très abouties -, où dans le décor minimaliste d’un plateau de télévision se joue une série de mises à nu, entre tendresse et ironie, des trois personnages qui se croisent et dialoguent, pris dans leur solitude : une chanteuse cueillie à trois moments de sa carrière (où l’on devine la France Gall naïve des tout débuts), un pianiste-assistant débordant d’envies et coincé dans le carcan de son éducation catholique, et bien sûr Denise Glaser elle-même, personnage magnifique, digne, pudique, sensible et élégante, à la écoute des artistes, courtisée et souffrant au fond d’un terrible manque d’amour… L’émission Discorama, restée à l’antenne de 1959 à 1974, a fait les frais de l’arrivée au pouvoir de Valery Giscard d’Estaing et n’a pas bénéficié non plus, malgré les espoirs de son animatrice, de l’arrivée de la Gauche au pouvoir en 1981. Sarah Le Picard et ses épatants complices de scène, souvent désopilants – le brillant pianiste, compositeur et comédien Florent Hubert (que l’on avait vu associé à Judith Chemla et Benjamin Lazar pour le spectacle Traviata / Vous méritez un avenir meilleur en 2016) et l’ébouriffante chanteuse et comédienne Anne-Lise Heimburger – redonnent vie à Denise Glaser, pour mieux éclairer le drame intime et la solitude de celle qui « fit briller la gloire des autres mais finit oubliée de tous ». Une plongée brillante, glaçante et drôle dans l’envers du décor de ceux qui, pris dans la lumière des plateaux, résistent moins que les autres à la cruauté du temps qui passe.

Jean-Luc Caradec

A propos de l'événement

Variété, écriture et jeu Anne-Lise Heimburger, mis en scène de Sarah Le Picard
du Mardi 14 janvier 2020 au Jeudi 16 janvier 2020
theatre de l'aquarium
Cartoucherie de Vincennes, Route du Champ de manœuvre, 75012 Paris

Festival BRUIT. à 21h. Tél. : 01 43 74 99 61.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre