La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Propos recueillis

Un ennemi du peuple d’après l’œuvre d’Henrik Ibsen / adaptation et mes Guillaume Gras

Un ennemi du peuple d’après l’œuvre d’Henrik Ibsen / adaptation et mes Guillaume Gras - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de Belleville
Le metteur en scène Guillaume Gras Crédit : Vincent Fillon

d’après l’œuvre d’Henrik Ibsen / adaptation et mes Guillaume Gras

Publié le 13 juillet 2020 - N° 286

Tomas Stockmann, médecin de la ville dirigée par son frère, découvre que l’eau des bains est polluée. Guillaume Gras met en scène la radicalisation de ce lanceur d’alerte et la servitude volontaire de ceux qui, hier comme aujourd’hui, préfèrent le silence à la responsabilité.

« C’est peu dire que le texte d’Ibsen résonne aujourd’hui ! Un médecin découvre que l’eau des bains qui font la fortune de sa ville est polluée. Son discours est décrédibilisé par son frère, maire de la ville, qui craint pour sa prospérité. Comment ne pas y retrouver l’actualité et la remise en question du discours des sachants, pendant la crise sanitaire, par des arguments qui n’ont rien à voir avec la science, sur fond de populisme ? Comment ne pas y retrouver, plus généralement, la situation écologique où personne n’est prêt à accepter les efforts nécessaires alors que nous savons que nous allons dans le mur ? Le médecin Stockmann, lanceur d’alerte avant que ce terme n’existe, n’est pas soutenu dans son combat et perd tout. Le peuple est conscient de la gravité de la situation, mais laisse faire quelques dirigeants qui l’infantilisent.

Réveillons-nous !

La scénographie se réduit à une table à accessoires. Le dispositif quadrifrontal empêche, à dessein, l’illusion théâtrale : le public est avec les acteurs. Le combat entre le médical et le politique est ainsi mis à hauteur d’action, comme si les spectateurs pouvaient impacter cette histoire. Stockmann se radicalise parce que les autres le laissent seul. Par notre silence, nos peurs qui entravent nos décisions, notre manque d’audace, nous participons à sa dérive. Le dispositif quadrifrontal suggère cette responsabilité de tous. Lorsque les comédiens se lèvent des chaises où ils sont assis au milieu des spectateurs, ils sont nous et nous sommes eux. Et ce, quelle que soit la place que l’on occupe autour de la scène, et donc dans la société. Cette société décrite par Ibsen est la nôtre. Ce monde qui court à sa perte sans que personne ne réagisse, c’est le nôtre. Ces hommes devenus spectateurs de leur propre impossibilité à agir, c’est nous. Nous jouons cette pièce comme une alerte : osons faire ! »

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Un ennemi du peuple
du Mardi 8 septembre 2020 au Mercredi 30 septembre 2020
Théâtre de Belleville
94, rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Le mardi à 19h ; mercredi et jeudi à 21h15. Tél. : 01 48 06 72 34


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre