La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Sonate d’Automne

Sonate d’Automne - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de l’Œuvre
Une fille et sa mère - Rachida Brakni et Françoise Fabian - : une insondable déchirure. © Pascal Gély

Théâtre de l’Oeuvre / d’Ingmar Bergman / adaptation Marie Deshaires / mes Marie-Louise Bischofberger

Publié le 22 décembre 2013 - N° 216

Françoise Fabian et Rachida Brakni interprètent Sonate d’Automne, confrontation douloureuse entre une mère et sa fille. Le jeu des actrices permet de dépasser une mise en scène conventionnelle. 

« Cela fera sept ans en octobre. » Sept ans que la mère et la fille ne se sont pas vues, et leurs retrouvailles sont chargées d’appréhension et d’attentes. Charlotte, pianiste de renommée internationale, vient de perdre Leonardo, qui partageait sa vie, elle demeure comme toujours centrée sur sa personne et sa réussite. Elle a légué à sa fille Eva une incapacité à aimer. Eva et son mari pasteur Victor vivent une existence sans surprise, elle s’occupe depuis deux ans de sa sœur handicapée et le couple est hanté par la mort accidentelle de leur petit garçon. Victor, résigné, – interprété de façon très touchante par Eric Caruso -, ne peut transformer celle qu’il aime. La mère sûre d’elle, nomade, insouciante et bonne vivante ; la fille timorée, enferrée dans sa maison, tenue par les responsabilités et la tristesse. Lors d’une longue nuit d’insomnie, la relation bascule au-delà des apparences vers le surgissement de la vérité : les paroles convenues cèdent la place à l’éclatement du conflit, au dévoilement des non-dits et à la douleur des manques qui abîment toute une vie.

Prison mentale

Sur la scène, des éléments de décor figurent les différents espaces de la maison d’Eva. Au fond un vaste mur gris, les liens filiaux créent ici une insondable prison mentale, comme souvent chez Bergman, la famille cristallise des conflits paralysants, et génère de terrifiantes privations qui amputent les êtres. C’est en effet une impossible quête d’identité qui mine de l’intérieur Eva. Le film laisse d’ailleurs voir magistralement les méandres qui conduisent de l’évidence de l’amour filial à l’explosion d’une haine débordante, à travers l’exceptionnelle confrontation d’Ingrid Bergman et Liv Ullmann. Marie Deshaires a adapté l’œuvre, et la mise en scène de Marie-Louise Bischofberger ne parvient pas à restituer de façon probante toute la tension et les ambiguïtés de cette confrontation. Plutôt conventionnelle, elle ne soutient pas vraiment le jeu des actrices et ne donne pas toute sa profondeur à leur rendez-vous. Fortes de la complicité artistique qui les unit, Françoise Fabian et Rachida Brakni composent heureusement un duo solide, subtil et nuancé, laissant voir toute la puissance et l’acuité des sentiments et des manques qui submergent.

Agnès Santi

A propos de l'événement

Sonate d’Automne
du Mardi 26 novembre 2013 au Jeudi 30 janvier 2014
Théâtre de l’Œuvre
55 rue de Clichy, 75009 Paris.
A partir du 26 novembre, du mardi au samedi à 21h, samedi à 18h, dimanche à 16h. Tél : 01 44 53 88 88.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre