La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Quatuor Diotima : Bartok, tout ou rien

Quatuor Diotima : Bartok, tout ou rien - Critique sortie Classique / Opéra Paris Maison de la Radio
Le Quatuor Diotima interprète les six quatuors de Bartók à la Maison de la Radio. © Jérémie Mazenq

La passion quatuor
MAISON DE LA RADIO / BARTOK

Publié le 25 septembre 2018 - N° 269

Bonne nouvelle : la Maison de la Radio renoue avec une vraie saison de musique de chambre et accueille en résidence le Quatuor Diotima pour une intégrale Bartok.

Les six quatuors de Béla Bartók (1881-1945) sont un jalon essentiel dans l’évolution de ce genre à part de la musique de chambre. D’autres compositeurs, bien sûr, poursuivent au xxe siècle l’histoire inventée par Haydn, Mozart, Beethoven et prolongée par les romantiques Schubert, Schumann, Dvořák, Brahms : Chostakovitch avec ses quinze partitions qui expriment de plus en plus l’obsession beethovénienne du compositeur, Sibelius ou Janáček qui avec une ou deux œuvres parviennent à incorporer leur propre univers à la forme quatuor, ou encore Mieczyslaw Weinberg, dont la somme (dix-sept quatuors!) commence seulement à être découverte (lire l’article consacré au Quatuor Danel). Avec Bartók, c’est toute une pensée musicale en mouvement qui se révèle, entre le Premier Quatuor (1909) qui s’inscrit encore dans une veine romantique mais trouve en même temps dans les rythmes de la musique populaire hongroise les sources d’une profonde invention rythmique, et le Sixième et dernier, à la veille de l’exil du compositeur aux États-Unis.

Leçons d’histoire et de musique

Variations de la forme (en deux, trois, quatre ou cinq mouvements), des couleurs et de l’expression (avec l’apparition de nouveaux modes de jeu : pizzicatos, glissandos, jeu sans vibrato…) : c’est un monde nouveau que Bartók aborde et que les générations suivantes – de György Ligeti à Wolfgang Rihm – pourront approfondir. Cette histoire de la modernité musicale, le Quatuor Diotima la connaît fort bien : les quatre musiciens défendent autant la création musicale d’aujourd’hui que celle de leurs aînés (Schoenberg, Berg, Webern, Debussy, Boulez, Nono…). Ils ne se coupent cependant pas du passé ; c’est d’ailleurs avec Schubert qu’ils ont choisi de faire dialoguer les pages de Bartók au cours de leurs trois concerts : trois belles leçons d’histoire aussi bien que de musique.

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Quatuor Diotima : Bartok, tout ou rien
du Dimanche 7 octobre 2018 au Dimanche 19 mai 2019
Maison de la Radio
116 avenue du Président Kennedy, 75116 Paris

Les dimanches 7 octobre, 20 janvier et 19 mai à 16h. Tél. : 01 56 40 15 16.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra