La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Krystian Lupa

Place des Héros

Place des Héros - Critique sortie Avignon / 2016 Vedène Festival d’Avignon. L’autre scène du Grand Avignon - Vedène
Crédit : D. Matvejevas Légende : Place des Héros, mis en scène par Krystian Lupa.

L’autre scène du Grand Avignon - Vedène / d’après Thomas Bernhard / mes Krystian Lupa

Publié le 26 juin 2016 - N° 245

Sa mise en scène de Des Arbres à abattre a été l’un des grands succès du festival 2015. Poursuivant son exploration de l’œuvre de Thomas Bernhard, le metteur en scène polonais Krystian Lupa revient à Avignon avec Place des héros.

Thomas Bernhard a écrit Place des héros un an avant sa mort. Qu’est-ce qui, dans cette pièce, vous semble révélateur d’une œuvre de maturité ? 

Krystian Lupa : Sans doute sa structure, qui développe une narration extrêmement synthétique, en trois parties, chacune d’entre elle correspondant à un moment d’attente particulier, le jour des funérailles du professeur Schuster. Dans Place des Héros, Thomas Bernhard a élaboré l’un des diagnostics les plus lucides sur le mal dont souffre l’Europe d’aujourd’hui : l’empoisonnement par la haine et le ressentiment xénophobes. L’économie d’action (les trois scènes présentent l’entourage du défunt durant les moments de vide qui ponctuent cette journée d’obsèques) laisse le temps et l’espace aux pensées du professeur de revenir à nous. Ces pensées semblent condamnées au désespoir, anéanties par la haine ambiante qui contamine tout. Dans cette pièce, encore plus que dans aucune autre, Thomas Bernhard parvient à étudier et à faire siens les mystères du dialogue humain. Comme c’est le cas dans l’œuvre de Beckett, la matière principale du langage ne passe pas, ici, par des mots.

« Un diagnostic sur le mal dont souffre l’Europe d’aujourd’hui : l’empoisonnement par la haine et le ressentiment xénophobes. »

Ce spectacle est-il, pour vous-même, l’aboutissement d’un parcours que vous effectuez, depuis de nombreuses années, dans l’œuvre de Thomas Bernhard ?

K. L. : Les derniers textes écrits par Thomas Bernhard, Place des Héros et Extinction, composent une sorte de testament. Le testament de Bernhard lui-même, qui est étrangement proche de celui que laisse, dans Place des héros, le professeur Schuster après son suicide. Ce spectacle n’est peut-être pas le dernier épisode de mon aventure théâtrale avec Thomas Bernhard. Bien que les deux textes que je viens d’évoquer m’aient permis d’envisager de façon extrêmement profonde le message mystérieux qu’a voulu laisser Bernhard dans ses œuvres, il se pourrait que j’ai un jour envie d’explorer tout cela de nouveau, que je ressente le besoin de me confronter une nouvelle fois à ce thème de « l’effacement », lié à l’illusion que représente la réalité.

Diriez-vous que le professeur Schuster est un exemple-type de personnage bernhardien ?

K. L. : C’est une variante extrême et aboutie d’un motif qui revient en permanence dans l’œuvre de Bernhard. Celui d’un homme qui parvient à se libérer de la carapace de mensonge dans laquelle l’avaient enfermé l’existence, la culture, la société et ses systèmes de valeurs. Tout comme il parvient à se libérer de la carapace de ses propres chimères, à travers laquelle il essayait de se défendre.

Qu’est-ce que représente, pour vous, la mort de ce personnage ? 

K. L. : Cette mort, cet acte d’auto-annihilation est également le premier pas d’un processus de reconnaissance beaucoup plus large qui se met en marche à travers l’autre. Ce processus est comme une offrande, comme un sacrifice fait aux lecteurs ou aux spectateurs. Il se pourrait que le message induit par Bernhard soit celui d’une démarche initiatique, celui d’une renaissance…

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat (traduction du polonais à l’anglais par Pawel Sobel, de l’anglais au français par Manuel Piolat Soleymat)

A propos de l'événement

Place des Héros
du Lundi 18 juillet 2016 au Dimanche 24 juillet 2016
Festival d’Avignon. L’autre scène du Grand Avignon - Vedène
84270 Vedène, France

à 15h, relâche le 21. Tél : 04 90 14 14 14. Durée : 4h15. Spectacle en lituanien surtitré en français.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes