La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Pixel

Pixel - Critique sortie Danse Douai Hippodrome de Douai
Crédit : Gilles Aguilar Légende : Mourad Merzouki s’entoure des technologies issues du numérique

Hippodrome / Théâtre de Suresnes / Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines / Maison de la danse de Lyon / Théâtre Jean Arp Chorégraphie Mourad Merzouki

Publié le 18 décembre 2014 - N° 228

La nouvelle création de Mourad Merzouki est un enchantement pour nos yeux, baignés de mille signes en constantes transformations. Un trop plein que la danse peine à absorber.

Tout commence par une traversée du plateau, comme une marche lente à la découverte d’un espace vierge, encore éclairé à la bougie. Peu à peu, quelques danseurs s’en détachent, évoluant tout en ondulations vers des figures en portés acrobatiques. Leur présence, soutenue par une musique lancinante, reste mystérieuse, jusqu’à ce que se dévoile un nouvel espace, matérialisé par la toile de fond de scène. Les petites bougies trouvent là un nouveau support et brûlent leurs dernières cartouches : leur fumée se mue véritablement en pixels qui remontent le long de l’écran, entamant une danse qui deviendra l’élément central de la pièce. C’est en effet le pixel qui structure la recherche qui a guidé Mourad Merzouki pour ce nouveau spectacle. Et c’est secondé de Claire Bardainne et Adrien Mondot qu’il a mis en œuvre l’univers visuel qui baigne les danseurs, et qui devient, à part entière, un personnage. Le pixel joue à plein régime son rôle de petit point facétieux, à la fois souple comme un fluide, ou raide comme une ligne.

Ecrin interactif

Toujours dans l’abstraction, et promptes à dessiner l’espace – la palme revient à ce moment où tout bascule, passant d’une simple projection à un univers en trois dimensions –, les technologies du numérique jouent ici le rôle d’un écrin interactif, qui suit le danseur ou lui imprime un mouvement, en direct. Le chorégraphe a dû composer avec cet environnement et dix interprètes virtuoses, dont deux circassiens (roue Cyr et contorsion) et un danseur sur rollers. Il en faut de l’exubérance, de la performance, de l’effet, pour pouvoir exister sans être réduit à la seule illustration d’un univers en constante transformation ! Toute leur énergie ne suffit pas à métamorphoser la danse, qui, à l’échelle d’un hip hop qui mêle l’urbain aux arts de la piste, reste construite sur une succession de tableaux qui rappelle l’esthétique du numéro.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Pixel
du Mardi 6 janvier 2015 au Samedi 14 février 2015
Hippodrome de Douai
Place du Barlet, 59500 Douai, France

Le 6 janvier 2015 à 20h. Tél. : 03 27 99 66 66. Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, place Georges Pompidou, 78054 Saint-Quentin-en-Yvelines. Le 8 janvier 2015 à 19h30, les 9 et 10 à 20h30. Tél. : 01 30 96 99 00. Théâtre Jean Vilar, 16 place Stalingrad, 92150 Suresnes. Les 7 et 10 février 2015 à 21h, le 8 à 17h. Tél. : 01 46 97 98 10. Maison de la Danse, 8 avenue Jean Mermoz, 69008 Lyon. Du 20 au 30 janvier 2015. Tél. : 04 72 78 18 00. Théâtre Jean Arp, 22 rue Paul Vaillant Couturier, 92140 Clamart. Les 13 et 14 février à 20h30. Tél. : 01 41 90 17 02.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse