La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Le Retour

Le Retour - Critique sortie Théâtre Paris

Théâtre de l’Odéon / Le Retour / De Harold Pinter / trad. Philippe Djian / mes Luc Bondy
Entretien / Luc Bondy

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Avec une distribution très prometteuse et dans une nouvelle traduction de Philippe Djian, Luc Bondy met en scène la partition pintérienne, déroutante et dérangeante. 

Qu’est-ce qui vous  a décidé à mettre en scène cette pièce de Pinter ?

L. B. : J’avais très envie de monter cette pièce ! En France, Pinter a parfois été associé à un univers connoté boulevard alors que je trouve au contraire que cette pièce est un drame psychologique hors normes, hors milieu, elle ne peut pas s’expliquer selon les critères habituels, selon des causes et des effets clairement identifiés. La nouvelle traduction commandée à Philippe Djian évite totalement  l’écueil du conventionnel pour au contraire laisser entendre toute une gamme de tensions. La psychologie atteint ici une dimension quasi magique. Mais le théâtre n’exige pas d’être vraisemblable, ce qui compte, c’est que la construction intérieure fonctionne, que l’histoire fonctionne en elle-même. Naturellement, tout le monde se demande comment une femme peut se prêter à ça, et il est évidemment très étonnant qu’elle quitte son mari et ses enfants pour s’installer avec son beau-père, son frère et ses deux fils et devenir prostituée. On peut  la définir de diverses façons, elle est selon moi le contraire même d’une idiote qui subit sa vie, sa décision peut s’apparenter à une espèce de vengeance de femme contre ce qu’elle a vécu. Le Retour n’est pas du tout une pièce misogyne, mais une pièce très féministe avant la lettre. Dans le même esprit, Michel Tournier explique que la nymphomanie de Madame Bovary est une vengeance contre la façon dont elle a été traitée.

« Le Retour n’est pas du tout une pièce misogyne, mais une pièce très féministe avant la lettre. »

Est-on dans une forme de réalisme ?

L. B. : Il faut impérativement que s’instaure une sorte de normalité. Et soudain, au cœur de ces situations plus ou moins normales, surgit un scandale terrible. On ne doit pas prévoir ce qui va advenir. Il se passe toujours des choses compliquées, inattendues, qui ne correspondent pas à nos schémas de pensée. Les personnages sont un peu comme des animaux dans une cage. C’est Pinter qui a inventé ce théâtre énigmatique, un théâtre de la surprise et du décalage, qui ne peut  cependant pas être rangé dans la catégorie du théâtre de l’absurde. C’est une oeuvre formidable pour les acteurs : Bruno Ganz, Emmanuelle Seigner, Louis Garrel, Pascal Greggory, Jérôme Kircher et Micha Lescot.

La pièce est-elle toujours aussi dérangeante ?

L. B. : Bien sûr. C’était un véritable scandale d’écrire une telle pièce au début des années 60. Et aujourd’hui la pièce ouvre d’autres perspectives, faisant par exemple écho à ces faits divers incompréhensibles liés à des séquestrations. Les bons auteurs résonnent différemment selon les époques, et ils sont toujours un peu visionnaires. Les œuvres transcendent alors leur contexte de création, posent des questions nouvelles. Elles deviennent fortes au lieu de devenir dépassées. Et je ne crois que pas que la dimension morale puisse compter, on ne fait pas du théâtre en pensant à la morale. A quelle morale d’ailleurs ?… Essayons de faire du théâtre de telle manière qu’on puisse se poser des questions qui nous intriguent, explorer des problématiques qui nous touchent, sans jugement facile.

Passant de l’invective à des moments d’accalmie, ces personnages semblent capables de tout…

L. B. : Oui, mais je crois qu’ils sont plus dans le fantasme que dans la réalité. Le fantasme est toujours dangereux car proche de son exécution. D’une certaine manière  une forme de mythomanie définit cette pièce.

 

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

LE RETOUR
du Jeudi 18 octobre 2012 au Dimanche 23 décembre 2012

place Claudel 75006 Paris
du mardi au samedi à 20h, dimanche à 15h. Odéon-Théâtre de l’Europe, Place de l’Odéon, 75006 Paris. Tél : 01 44 85 40 40. www.theatre-odeon.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre