La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Pièces

Pièces - Critique sortie Danse Paris Théâtre des Abbesses
Crédit : Viola Berlanda Légende : Une création montée de toutes pièces par Ambra Senatore.

Création 2017 / Théâtre de la Ville
Chorégraphie Ambra Senatore

Le titre même est un titre à tiroirs et laisse advenir bien des interprétations. Ambra Senatore poursuit son travail autour du quotidien et parfait son art de la décomposition… pour mieux reconstruire un univers singulier où trônent les meilleurs cadavres exquis.

On entre dans Pièces comme dans un deux-pièces-cuisine, espace reconnaissable entre tous et image d’un banal quotidien. On reçoit les premières minutes du spectacle avec un goût de déjà-vu, celui d’une mécanique bien huilée par John en 2012 et par Aringa Rossa en 2014. Et pourtant, nous voilà happés par une proposition qui fait son travail en replaçant la surprise et l’inventivité à l’endroit d’une danse qui n’a ni peur de la théâtralité, ni crainte de la simplicité. Ambra Senatore n’a pas besoin d’artifices pour créer : Pièces s’appuie avant tout sur des scènes de la vie quotidienne, auxquelles elle adjoint des paroles en forme de dialogues, sortes de conversations attrapées au vol, ou bribes d’histoires sorties de leur contexte. C’est là qu’interviennent ensuite l’art de la chorégraphe et la minutie des danseurs. De ces scènes autonomes, elle commence par faire un matériau de pure composition chorégraphique, modifiant les espaces et le temps pour bouleverser la linéarité du quotidien. Nous voilà pris au piège d’un récit qui ne veut plus évoluer qu’avec malice, comme libéré du sens pour mieux faire surgir l’absurde.

Une facétie brillamment composée

On n’est pas loin des procédés cinématographiques, d’un montage certes rigoureux mais dont la règle nous serait inconnue. Répétitions, variations de séquences, retour en arrière, découpes, reprises, changements, entremêlement des scènes… A peine le temps de s’attacher à ce que l’on voit, puis ce que l’on peut reconnaître, que nos certitudes sont bousculées par ce petit jeu compositionnel. Sommes-nous dans un polar, dans un rêve, ou dans une simple scène de vie entre amis ? Où se situe la fiction, quelle est la place de la réalité ? Ambra Senatore est une chorégraphe qui préfère Dada à la logique, et dont l’humour se situe dans les failles du temps comme dans celles de l’humain. Ses Pièces sont celles de l’appartement de Monsieur Tout-le-monde. Elles se logent aussi brillamment dans l’échiquier dont les danseurs et le public seraient les pions, ou dans un puzzle dont elle conserverait, avec espièglerie, la pièce manquante.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Pièces
du Mercredi 15 mars 2017 au Dimanche 19 mars 2017
Théâtre des Abbesses
31 Rue des Abbesses, 75018 Paris-18E-Arrondissement, France

Du 15 au 18 mars 2017 à 20h30, le 19 à 15h. Tél. : 01 42 74 22 77.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse