La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Pièces en un acte

Pièces en un acte - Critique sortie Théâtre Nogent-sur-Marne La Scène Watteau
Crédit photo : Catulle

La Scène Watteau / d’Anton Tchekhov / mes Fabrice Pierre

Publié le 28 décembre 2016 - N° 250

Fabrice Pierre met en scène ensemble Les Méfaits du tabac, La Demande en mariage, L’Ours et Le Chant du cygne, comme une anthologie des thèmes développés par Tchekhov tout au long de son œuvre.

« Le rire va très bien au théâtre de Tchekhov. »

 Y a-t-il une caractéristique commune à toutes ces courtes pièces ?

Fabrice Pierre : Toute l’œuvre de Tchekhov développe la difficulté d’être au monde et les atermoiements de l’âme. Ces quatre pièces, courtes et explosives, sont traversées par cette difficulté. Mais, en même temps, ces pièces révèlent un comique extraordinaire. On rit autant qu’on est ébloui par la profondeur du propos. C’est sans doute la première grande qualité de ces pièces.

De quoi rit-on ?

F. P. : Des petitesses de la vie, de la capacité des personnages à se noyer dans un verre d’eau, à transformer le dérisoire en monstrueux, à ne pas pouvoir vivre les choses à cause des empêchements qu’ils subissent. Ils s’embrouillent à propos de l’argent, des biens, bataillent pour du matériel, et sont ridicules… Ainsi, dans La Demande en mariage, Lomov et Natalia Stepanovna sont incapables de s’avouer leur amour mais s’engueulent pour savoir à qui appartient le terrain qu’ils se disputent ! Tchekhov les sauve en montrant l’humanité qui les traverse. Sous le comique, pointent la difficulté à vivre et la capacité à s’enfermer dans des bassesses qui empêchent d’être heureux. C’est pour cela qu’il faut jouer la situation vaudevillesque, sans insister, pour laisser émerger la difficulté existentielle des personnages. Ces pièces composent un spectacle drôle ! Tchekhov avait la certitude d’écrire des comédies et ne comprenait pas la tristesse des mises en scène de Stanislavski. Le rire va très bien au théâtre de Tchekhov, dans la mesure où en même temps qu’on rit, on ne peut pas s’empêcher de voir, en filigrane, la nature humaine.

Comment avez-vous agencé ces pièces à l’intérieur du spectacle ?

F. P. : Elles sont toutes en miroir les unes des autres ; elles ont la même forme et se répondent mutuellement : n’en faire qu’un spectacle paraît naturel. Je ne les ai pas agencées dans l’ordre chronologique de leur écriture mais de manière à ce que, après le prologue, on entre dans le théâtre, et que la dernière pièce ferme le théâtre. On commence avec Les Méfaits du tabac, la conférence ratée d’un homme qui parle de sa femme acariâtre. Viennent ensuite La Demande en mariage et L’Ours, dans un jardin à la campagne, chez des paysans cossus. La dernière se passe comme après la représentation, quand le vieil acteur se retrouve seul sur scène avec la servante allumée. Tout se fait à la suite, comme dans un théâtre en train de se faire.

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

Pièces en un acte
du Jeudi 12 janvier 2017 au Dimanche 22 janvier 2017
La Scène Watteau
Place du Théatre, 94130 Nogent-sur-Marne, France

A 20h30, sauf le dimanche à 15h ; relâche le lundi 16 janvier. Tél. : 01 48 72 94 94.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre