La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

La Source des saints / Cécité ou aveuglement ?

La Source des saints / Cécité ou aveuglement ? - Critique sortie Théâtre Vitry-sur-Seine Studio-Théâtre et La Commune
Crédit photo : Michel Nicolas

Studio-Théâtre et La Commune / de John Millington Synge / texte français de Noëlle Renaude / mes Michel Cerda

Martin et Mary étaient pauvres, aveugles et heureux jusqu’à recouvrer la vue et découvrir le monde… Michel Cerda choisit le texte français de Noëlle Renaude et revisite Synge en l’éclairant par l’écoute !

« L’œuvre de Synge est davantage mythologique que folklorique. »

Pourquoi choisir la traduction de Noëlle Renaude ?

Michel Cerda : Cette traduction, non encore éditée, va sortir à l’occasion de la création du spectacle aux Editions Théâtrales. Je ne l’ai pas commandé à Noëlle Renaude – elle l’avait réalisée à une autre occasion – mais j’ai été d’emblée conquis par son travail quand elle me l’a envoyé. C’est dans cette traduction que je voulais la monter. Noëlle Renaude est restée au plus près de la langue de Synge, qui n’est ni de l’anglais, ni de l’irlandais, qui est peut-être plus proche du gaélique, mais surtout qui est une langue singulière, créée par lui. Cette traduction cherche à s’approcher de cette langue monosyllabique, en respectant sa longueur et sa respiration. Le texte que j’ai choisi n’est pas une adaptation qui chercherait à créer une langue qui serait équivalente à celle de Synge. C’est impossible. Disons, plutôt, qu’il s’agit d’un texte français singulier, écrit par Noëlle Renaude, considérée en tant qu’auteur !

Que raconte La Source des saints ?

M. C. : C’est l’histoire d’un couple d’aveugles. Ils ont un peu vu, il y a longtemps. Ils passent leur vie à mendier. Mais ils ont le désir de voir le monde, car les voyants leur disent qu’il est beau. Ils s’aiment et se trouvent beaux. Mais puisqu’ils le veulent, on va le faire ! C’est la vertu du théâtre ! Ils acceptent les effets de la source miraculeuse, car ils ont envie d’aller vers la certitude et la vérité. Mais c’est la catastrophe ! Ils se voient, voient le monde et sont horrifiés. On leur a promis la beauté du monde mais ils découvrent la laideur, la prison du travail et la peine…

Pourquoi cette pièce ?

M. C. : La réalité de ces deux aveugles est sonore (les bruits, les oiseaux) ; ils n’ont pas besoin de la vision pour que le monde existe. En voyant, ils s’aveuglent. S’aveugler, c’est un acte qu’on fait tous les jours. L’aveuglement est différent de la cécité. L’aveuglement est un acte qui consiste à se compromettre, et à faire des compromissions avec soi-même. L’œuvre de Synge est davantage mythologique que folklorique. Le forgeron, c’est Vulcain ; la forge, c’est les Enfers. Le paradis des aveugles devient l’enfer quand ils recouvrent la vue.

Quels acteurs avez-vous choisis ?

M. C. : J’ai choisi des acteurs qui avaient des voix singulières. Je suis très sensible aux voix au théâtre. Anne Alvaro accompagne depuis longtemps ce projet, ainsi que Yann Boudaud et Christophe Vandevelde. J’ai fait une distribution vocale, polyphonique, avec des voix particulières. J’avais aussi envie de poser la question suivante : est-ce que le son ça se voit ? C’est vraiment un projet qui tourne autour de ce qu’on voit, de ce qu’on entend, dans un espace sonore et musical (jusqu’à la scénographie, au sol métallique sonore), dans une langue aux échos et aux répétitions extrêmement sonores, qui rappelle peut-être que Synge lui-même était musicien.

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

La Source des saints / Cécité ou aveuglement ?
du Vendredi 13 janvier 2017 au Mardi 17 janvier 2017
Studio-Théâtre et La Commune
18 Avenue de l'Insurrection, 94400 Vitry-sur-Seine, France

A 20h30, sauf le dimanche à 16h. Tél. : 01 46 81 75 50. La Commune - Centre Dramatique National
d’Aubervilliers, 2, rue Édouard-Poisson, 93300 Aubervilliers. Du 25 janvier au 2 février. Mardi, mercredi et jeudi à 19h30 ; vendredi à 20h30 ; samedi à 18h et dimanche à 16h. Tél. : 48 33 16 16. Texte publié aux Editions Théâtrales.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre