La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Edito

Péril en la demeure

Péril en la demeure - Critique sortie Avignon / 2013

EDITO

Publié le 27 juin 2013

S’il existe un domaine où l’homme se distingue du troupeau, c’est bien celui de la culture, et singulièrement du spectacle […]

S’il existe un domaine où l’homme se distingue du troupeau, c’est bien celui de la culture, et singulièrement du spectacle vivant, une activité de création et d’imagination destinée à être partagée, partagée avec la masse, avec le public composé de gens très différents. L’an dernier, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti assurait dans nos colonnes vouloir « redonner une ambition culturelle forte à l’ensemble de la politique gouvernementale », conformément à la campagne menée par François Hollande. Mais les budgets sont aujourd’hui menacés et fragilisés. L’année 2013 est une année de crise et de crainte pour l’avenir, les artistes doivent se confronter à des processus de création et de diffusion de plus en plus étriqués, l’éducation artistique reste à la traîne.  L’Etat mesure-t-il le pouvoir de l’art, de l’art vivant ? Chacun sait que les responsables politiques ont fort à faire, dans les domaines de l’éducation, la santé et autres, mais négliger le monde culturel serait une erreur politique majeure. Il faut se secouer. Il faut lutter, et inventer de nouvelles perspectives.  

Combattre d’autant plus que le budget du spectacle vivant en France est une part infime du budget total, pour des résultats tangibles. Ces résultats conjuguent les implications économiques du secteur de la culture, la cohésion sociale et le dynamisme générés par les lieux et manifestations culturels, et sur le plan individuel l’épanouissement et la construction d’une pensée. A travers les regards sur le monde et les textes que les artistes mettent en forme, les spectacles allient esthétique et politique, interrogent le rapport au collectif, à la société, et à soi. Lorsqu’un spectateur assiste à une représentation, qu’est-ce qui est en jeu ? En définissant sa position de “critique essayiste“, Bernard Dort (1929-1994), praticien du théâtre, résume : « il y a une parole du jugement, une du savoir et une autre du plaisir ou de la jouissance. » En aucun cas la culture n’est réservée à une élite, le théâtre populaire, exigeant et innovant s’adresse à tous, et Avignon l’illustre.

Comme chaque année, nous avons construit notre numéro spécial Avignon avec rigueur et passion, mettant en lumière aussi précisément que possible une large sélection de projets du Festival d’Avignon et d’Avignon Off. A travers une enquête et de grands entretiens avec des philosophes, sociologues, artistes, universitaires, responsables culturels ou  politiques sur la question : “L’Etat peut-il encore assumer la politique culturelle de la France ?“,  ce numéro ouvre la réflexion et suggère des pistes. Contre la perte de confiance, et une disposition mentale désenchantée, la création artistique est un puissant antidote distillé sur notre territoire, une activité humaine exceptionnelle que l’exception culturelle doit préserver. Pour chacun, et pour tous. Ensemble.

 

Bonne lecture et bon Festival !

 

Agnès Santi

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes