La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Entretien / Louis Langrée

Pelléas et Mélisande, toujours et encore

Pelléas et Mélisande, toujours et encore - Critique sortie Classique / Opéra Paris Théâtre des Champs-Élysées
Le chef d’orchestre français Louis Langrée. © Benoit Linero

THEATRE DES CHAMPS-ELYSEES / NOUVELLE PRODUCTION

Publié le 25 avril 2017 - N° 254

A la tête de l’Orchestre National de France, le chef d‘orchestre Louis Langrée dirige l’opéra Pelléas et Mélisande de Debussy au Théâtre des Champs-Elysées, dans une nouvelle production prometteuse. La mise en scène est signée Eric Ruf (de la Comédie-Française), les costumes Christian Lacroix et les trois rôles principaux réunissent Patricia Petibon (Mélisande), Jean-Sébastien Bou (Pelléas) et Kyle Ketelsen (Golaud).

Vous avez un lien très fort avec cet ouvrage que vous avez déjà dirigé, pour ne s’en tenir qu’à la scène parisienne, au TCE en 2011 et à l’Opéra Comique en 2014.  Comment expliquez-vous cette affinité si particulière qui vous lie à Pelléas et Mélisande ? 

Louis Langrée : Je suis « né » à l’opéra avec Pelléas et Mélisande. Je me souviendrai toute ma vie du choc artistique ressenti lors de la première écoute de ce chef-d’œuvre. Depuis, Pelléas occupe une place fondamentale dans ma vie de musicien et de chef d’orchestre. De plus, j’aurai le privilège de diriger en concert le magnifique poème symphonique de Schoenberg Pelleas und Melisande avec l’Orchestre National de France le 24 mai (avec le Concerto pour piano n°4 de Beethoven avec Nelson Freire) et enregistrerai la musique de scène complète de Fauré (diffusée dans la série Fictions de France Culture). J’ai donc l’occasion de mettre en perspective à Paris trois genres différents autour du même sujet : une œuvre symphonique, une œuvre théâtrale, et enfin une œuvre de théâtre musical : l’opéra de Debussy !

« Chaque phrase doit être délivrée avec une simplicité et une intensité extraordinaires, comme s’il s’agissait d’un texte sacré. »

Chaque nouvelle production de l’opéra de Debussy vous met en face d’un nouveau metteur en scène et d’une nouvelle vision…

L.L. : Chaque collaboration avec un metteur en scène, des chanteurs et des musiciens me permet d’élargir et d’approfondir ma perception de cette œuvre. Stéphane Braunschweig, par exemple, m’a révélé une dimension shakespearienne que je ne percevais auparavant que de manière inconsciente et vague ; ce n’est pas par hasard que le meilleur ami de Pelléas porte le même nom que celui d’Hamlet. Le père de Golaud et celui de Pelléas était frères, tous deux ont épousé la même femme, Geneviève. Comment le père de Golaud est-il mort ? Le meurtre de Pelléas par son frère serait-il la répétition de ce qui serait déjà arrivé autrefois ? Chaque réponse appelle une autre question… Pelléas est une œuvre unique, mystérieuse, fascinante, qui a hanté Debussy toute sa vie. Il n’a jamais cessé de la reprendre, de la modifier, de la réorchestrer.

Comment aimez-vous aborder cet ouvrage sur le plan de l’approche vocale ? 

L.L. : J’aime collaborer avec des artistes qui partagent la même passion pour Pelléas. Une des particularités de cet opéra vient de l’utilisation du texte de la pièce de Maeterlinck. Debussy a utilisé une œuvre de théâtre parlé plutôt qu’un livret destiné à être chanté. Ne disait-il pas que « le problème dans un opéra, c’est qu’il y a toujours trop de chant ! » ? Chanter Pelléas, c’est parler plus haut. Dire, chanter, jouer Pelléas est un peu à l’image d’un iceberg : en voyant la partie émergée, le spectateur doit pouvoir ressentir l’immensité souterraine de l’œuvre. Chaque phrase doit être délivrée avec une simplicité et une intensité extraordinaires, comme s’il s’agissait d’un texte sacré. Lorsque chacun des collaborateurs parle la même langue artistique, on peut se débarrasser de tous les artifices superflus et délivrer la profondeur, la beauté et la puissance de cette œuvre.

 

Propos recueillis par Jean Lukas

A propos de l'événement

Pelléas et Mélisande, toujours et encore
du Mardi 9 mai 2017 au Mercredi 17 mai 2017
Théâtre des Champs-Élysées
15 Avenue Montaigne, 75008 Paris, France

Les 9, 11, 13, 15 et 17 mai à 19h30. Tél. 01 49 52 50 50. Places : 5 à 145 €


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra