La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Peer Gynt

Peer Gynt - Critique sortie Théâtre Nice _THEATRE NATIONAL DE NICE
L’union de Peer Gynt et de la fille du roi des Trolls, dans la mise en scène d’Irina Brook. Crédit photo : Monika Rittershaus

Théâtre National de Nice / d’après Henrik Ibsen / adaptation et mes Irina Brook

Publié le 28 septembre 2014 - N° 224

Irina Brook modernise l’histoire de Peer Gynt et aménage son chemin initiatique entre féérie et rock’n’roll, en un très beau spectacle, remarquablement composé, dirigé et interprété.

Peer Gynt, qui croise les genres, regorge de personnages, multiplie les rebondissements et s’affranchit des contraintes matérielles du théâtre, a la réputation d’être une gageure à mettre en scène. Choisissant d’adapter le texte en l’élaguant et en transformant la réussite du mauvais garçon devenu marchand d’esclaves en success-story rock’n’roll d’un petit gars de Norvège devenu une star odieuse, Irina Brook parvient néanmoins à en conserver le foisonnement protéiforme, la démesure onirique et fantasmatique, la folie joyeuse et la profondeur métaphysique. Sur le plateau nu, se succèdent les scènes de la quête de Peer Gynt, entre provocations, épreuves, bonheur et malheur, réussites et défaites, gloire et ruine. Acculé à la fuite pour avoir déshonoré une jeune mariée le jour de ses noces, Peer batifole parmi les Trolls, dont il engrosse la princesse d’un simple regard, puisque chez ce peuple, la pensée est performative ! Tel est peut-être la vérité de Peer Gynt : on n’est jamais que ce qu’on raconte, et le monde est sitôt que le verbe en accouche. Peer Gynt est un raconteur d’histoires – ainsi celles qu’il narre à sa mère et qu’il réinvente encore pour rendre son trépas plus doux – un effronté fort en gueule et en mots : un homme de théâtre.

Théâtre des merveilles

Irina Brook ne convoque presque rien d’autre que le brio des artistes qu’elle réunit. Quelques pétales de fleurs, quelques flocons tombés des cintres, quelques accessoires, des costumes chatoyants (très beau travail de Magali Castellan) et des masques poétiques et drôles (salut au talent de Cécile Kretschmar) suffisent à faire naître la magie et le suspense de cette histoire, dont on suit les péripéties haletantes avec émotion, admiration et stupeur. Les comédiens sont tous musiciens : autour de Shantala Shivalingappa (sublime Solveig) et d’Ingvar Sigurdsson (extraordinaire Peer Gynt), ils composent un ensemble talentueux, aussi précis dans l’interprétation physique que dans l’interprétation instrumentale. Comme un leitmotiv, revient la poignante et si belle chanson de Solveig, fil conducteur des aventures de Peer l’insolent, le débauché, le scandaleux, promesse et mémoire de son amour pur et sincère, et Grieg ressurgit comme par magie entre les notes du rock’n’roll (chansons d’Iggy Pop). Magistralement agencé, avec un rythme trépidant et un remarquable maîtrise des effets scéniques, ce spectacle ouvre brillamment le mandat d’Irina Brook à la tête du Théâtre National de Nice.

 

Catherine Robert

A propos de l'événement

Peer Gynt
du Jeudi 25 septembre 2014 au Samedi 18 octobre 2014
_THEATRE NATIONAL DE NICE
Promenade des Arts, 06000 Nice, France

Du 25 septembre au 18 octobre 2014. Mardi et jeudi à 19h30 ; vendredi et samedi à 20h ; dimanche à 15h. Tél. : 04 93 13 90 90. Durée : 2h40 avec entracte. Spectacle vu au Théâtre National de Nice.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre