La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

On y danse

On y danse - Critique sortie Danse Paris Centre Wallonie-Bruxelles
Légende : t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e., entre arts visuels et arts sonores. DR Transitscape

Centre Wallonie Bruxelles / Festival

Publié le 17 janvier 2014 - N° 216

Hip-hop et marionnette ; pyrotechnie ; danse, architecture et cinéma… Le festival On y danse nous invite à de savoureux croisements des genres.

« On y danse » a vingt ans. Vingt ans qui ont joué un rôle non négligeable dans la découverte, en France, d’artistes belges qui ont marqué les imaginaires : Nicole Mossoux et Patrick Bonté, Claudio Bernardo, Michèle Noiret, Karine Pontiès, entre autres… La vingtième édition propose à son tour une programmation particulièrement attirante, qui comprend en outre plusieurs soirées partagées, invitant à savourer des recherches contrastées. Ainsi le festival commencera, les 24 et 25 janvier, avec Mike Alvarez, danseur hip-hop depuis 1983. On l’a souvent comparé à une marionnette… Dans Entre « moi » et « je », il saute le pas et danse avec une marionnette, que lui a construite la plasticienne Natacha Belova. Le hip-hop sera présent également dans Up de Bruce Blanchard et Manuel Antonio Pereira, présenté les mêmes soirs : une danse comme un combat énergique, inspiré du parcours de Bruce Blanchard, né au Congo, d’un père champion de boxe et militaire sous Mobutu.

Aux frontières de la danse

Les 28 et 29 janvier, la compagnie Opinion Public, rassemblant cinq danseurs issus du Béjart Ballet Lausanne, propose Bob-Art, satire du monde de l’art contemporain. Les 31 janvier et 1er février, avec BLOOM, composé de deux solos chorégraphiés par Maura Paccagnella, deux danseurs se frottent successivement à une même proposition scénique, confrontant les limites de leur corps à celles d’un espace carré de 4 mètres sur 4. Gwendoline Robin nous invite ensuite (le 3 février) à une introduction détonante à partir du corps et des matériaux explosifs. Son solo, De terre et de feu, est suivi de Landscape duet et Distorsions urbaines de t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e. (également présentés le 4 février en clôture du festival) : Pierre Larauza et Emmanuelle Vincent inventent un « abécédaire kaléidoscopique » entre Hong Kong, Bruxelles et Mtwapa.

Marie Chavanieux

A propos de l'événement

Festival On y danse
du Vendredi 24 janvier 2014 au Mardi 4 février 2014
Centre Wallonie-Bruxelles
46 rue Quincampoix, 75004 Paris
(représentations à 20H). Tél. 01 53 01 96 96.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse