La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Entretien / Jazz

Olivier Bogé Le sax sur le cœur

Olivier Bogé Le sax sur le cœur - Critique sortie Jazz / Musiques Paris new morning
© Julien MIgnot

ENTRETIEN / SAXOPHONE / NEW MORNING

Publié le 26 novembre 2013 - N° 215

Après un premier opus réussi paru en mars 2012, Olivier Bogé signe avec «The World Begins Today» (Naïve) un album essentiel. Composé dans un sentiment d’urgence et inspiré par un drame amoureux, l’album bénéficie aussi de la présence lumineuse de Tigran Hamasyan au sein d’un quartet de grande classe avec Jeff Ballard (batterie, partenaire régulier du pianiste) et Sam Minaie à la contrebasse.

Votre musique semble naturellement lyrique, émotionnellement intense…
Olivier Bogé :
Je dois avouer être profondément attiré par le lyrisme, même s‘il est toujours difficile de définir ce terme. Je m’aperçois, au fil des années, que ce qui me touche à travers la musique, c’est d’abord le chant qui s’en dégage. Stravinsky résumait parfaitement cela dans son livre Poétique musicale, où il explique que peu importe le degré de complexité de ce que vous écrivez, c’est le chant qui importe… La musique a toujours été partie intégrante de chaque moment de mon existence, m’a toujours aidé à sublimer les bons moments, à apaiser ceux qui le furent moins. Et celle de ce disque est peut être un peu plus intense encore en raison des circonstances qui en accompagnèrent l’écriture…

« Je voulais dégager de cette musique quelque chose d’extrêmement lumineux et plein d’amour. »

Cette musique est née au sortir d’une période sombre de votre vie, comme « un instrument de transformation de l’obscurité en lumière »…
Olivier Bogé :
Ce fut une période extrêmement douloureuse, qui faisait suite à une rupture, au moment même où cet enregistrement se confirmait. Et l’écriture de toute cette musique fut compulsive. Il me faut généralement des mois, voire des années pour terminer un morceau, mais une grande partie de ce disque fut écrite en trois mois. L’enregistrement fut émotionnellement très “chargé“, mais je sentais que je voulais dégager de cette musique quelque chose d’extrêmement lumineux et plein d’amour. Et la découverte de deux livres, Les Sept Plumes de l’Aigle d’Henri Gougaud, et Le Monde commence aujourd’hui de Jacques Lusseyran (qui donne son titre à l’album) furent des révélations sans précédent dans ma vie. Ce disque fut une aventure d’une force incroyable, qui me transforma et m’aida à me construire autrement. De plus, enregistrer à New York a aussi été l’occasion de créer dans un environnement qui ne m’était pas familier, de perdre mes repères et d’en trouver de nouveaux.

Comment avez-vous choisi les musiciens de cet album ?
Olivier Bogé :
Cela fait quelques années déjà que Tigran et moi avions envie de faire un disque ensemble. J’ai partagé de nombreuses expériences musicales avec lui, et nous avons concrétisé notre complicité avec cet album. Dire ce que j’aime chez eux musicalement prendrait des pages pour chacun. Le lyrisme de Tigran et son art de faire chanter tout ce qu’il joue, associé à son sens extrême du rythme, la solidité et la connaissance harmonique de Sam, et enfin l’extrême musicalité alliée à l’incroyable bagage de Jeff, qui a contribué à tant de projets si importants. Ils sont tout simplement des musiciens majeurs dans l’histoire de cette musique. J’ai beaucoup de chance.

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec

 

A propos de l'événement

Olivier Bogé
du Mardi 17 décembre 2013 au Mardi 17 décembre 2013
new morning
7-9 Rue des Petites Écuries, 75010 Paris
Mardi 17 décembre à 20h30. Tél. 01 45 23 51 41. Places : 22 €.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques