La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Nuda Vita

Nuda Vita - Critique sortie Danse
Crédit : Laurent Philippe Légende : Les personnages sans cœur et sans reproche dessinés par Carlotta et Caterina Sagna dans Nuda Vita.

Publié le 10 mai 2011 - N° 188
Ce spectacle signe la réunion de Carlotta et Caterina Sagna au sein d’une seule et même compagnie, après avoir mené toutes deux un parcours parallèle entre danse et théâtre.
Comme pour mieux affirmer des parcours qui se sont toujours entremêlés, voilà donc de nouveau réunies sur scène et au sein d’une même structure les sœurs Sagna. Nuda Vita s’annonce dans cette optique comme une pièce à deux têtes, dont chacune porte la chorégraphie. Le texte, omniprésent, est l’affaire du collaborateur régulier Roberto Fratini Serafide et de Carlotta Sagna, qui ont donné, par le seul fait du dialogue, toute la pesanteur et l’épaisseur de la pièce. Pas de surprise en effet dans ce projet qui laisse s’exprimer la danse et le théâtre sur un même plan – une des marques de fabrique de Carlotta et Caterina Sagna. Ici, les quatre personnages sont au cœur de ce qui se trame dans la pièce, même s’ils brouillent continuellement les pistes : saura-t-on jamais au final qui ils sont, et pourquoi ils sont réunis ici… Là n’est pas la question, car tout l’intérêt de ce qu’ils donnent à voir et à entendre réside dans leur totale inhumanité qui se déroule sous nos yeux, et le sentiment de dégoût voire d’horreur qui monte petit à petit chez le spectateur.
 
La danse comme une ponctuation dans cette tragi-comédie de la vie
 
Bien apprêtés, très propres sur eux, en costumes, robes à fleurs et tissus fluides, les quatre amis (parents, frères et sœurs, collègues… ?) prennent possession du plateau comme d’un lieu familier, propre à la conversation et aux confidences. On pourrait être l’un des leurs. Pourtant, leur dialogue va venir alimenter une sorte de malaise, et installer très vite une distance que l’on aura tout d’abord du mal à identifier. On devine peu à peu chez eux une propension à la cruauté, de sales histoires issues du passé et du présent qui surgissent et s’entremêlent. Carlotta et Caterina nous livrent un drôle de reflet de nous-mêmes. Dans ce monde où les mots résonnent très durement, on regrettera seulement la légèreté de la danse, qui peine à s’imposer quand s’éclaire la gravité des situations.
 
Nathalie Yokel


Nuda Vita de Carlotta et Caterina Sagna, le 10 mai à 20h30 au Théâtre des Arts, scène nationale de Cergy, place des Arts, 95000 Cergy-Pontoise. Tel : 01 34 20 14 14. Spectacle vu au Théâtre de la Bastille à Paris, dans le cadre du Festival d’Automne.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse