La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Mort prématurée d’un chanteur populaire dans la force de l’âge, texte et mes Wajdi Mouawad, chansons Arthur H, musique Pascal Humbert

Mort prématurée d’un chanteur populaire dans la force de l’âge, texte et mes Wajdi Mouawad, chansons Arthur H, musique Pascal Humbert - Critique sortie Théâtre
L’équipe de Mort prématurée d’un chanteur populaire dans la force de l’âge. Crédit : Simon Gosselin

texte et mes Wajdi Mouawad / chansons Arthur H / musique Pascal Humbert

Publié le 26 novembre 2019 - N° 282

Né de la rencontre entre Wajdi Mouawad et Arthur Higelin, le spectacle dévoile la crise existentielle du chanteur Alice et ses remèdes en forme de mystification ratée. Un périple contrasté.

Face A, Face B : Wajdi et Alice, Alice et Wajdi, deux mêmes voyelles, mais aussi bien des différences… Si théâtre et musique se rejoignent ici, c’est pour brosser quelques portraits hauts en couleur, pour s’aventurer de l’autre côté du miroir (ou du rideau de scène), au-delà de la surface des choses, quelque part entre drame et comédie, avec un penchant net pour le… branquignolesque. Structurée par la scénographie d’Emmanuel Clolus, la belle scène inaugurale nous transporte comme par effraction dans les coulisses, à l’issue d’un concert, lorsque deviennent visibles la fatigue et autres maux, qu’on se laisse enfin aller sans tricher et sans crainte du regard des autres. Bien qu’un journaliste, un photographe ou d’autres visiteurs puissent toujours surgir… C’est la rencontre entre Arthur Higelin et Wajdi Mouawad, la curiosité de l’un pour l’autre, qui sont à l’origine de ce spectacle. Après avoir envisagé la mise en scène d’un concert, l’idée d’un récit fictif s’est imposée, avec comme personnage central Alice (interprété par Arthur H), chanteur au seuil de la cinquantaine, qui connaît un certain succès, mais ressent de plus en plus insatisfaction et lassitude. Il a beau être dans la force de l’âge, il est bien fragile, déclinant, souffrant même d’une gastro chronique somatique voire métaphysique (« fait chier ! »). Comment remonter la pente ? En faisant croire à sa mort. L’idée vient de son ancien manager Faustin, sorte de clown un peu raide (Patrick Le Mauff), qui entend raviver ainsi l’esprit punk de leur jeunesse. Par ailleurs, rien de tel pour booster les ventes et mettre tout le monde d’accord sur le talent du mort. Las, la supercherie sera révélée en public à un moment évidemment inopportun.

Trahisons et impostures

A partir de ce jeu avec la mort, la partition théâtrale oscille entre divers registres, parfois avec l’emphase qu’affectionne Wajdi Mouawad. Du comique de situation au drame existentiel,  jusqu’à un rituel chamanique avec oiseaux nécrophages ! En filigrane ou de façon manifeste, l’écriture évoque l’époque et quelques-uns de ses travers. Elle évoque aussi plusieurs épisodes tragiques de notre temps, qui s’immiscent parfois dans l’intrigue de manière artificielle, comme surajoutés. L’ensemble fluctue sans cesse entre veine comique et introspection sans illusion. Parmi les personnages, le journaliste Anthime, faussement empathique et plein de morgue (Gilles David) ; l’attachée de presse Diesel, qui se démène sans relâche alors qu’elle a perdu son bébé (Isabelle Lafon) ; la photographe et compagne d’Alice Majda (Sara Llorca) dont les parents furent tués au Liban ; and last but not least, tout droit venue du Québec avec son accent délicieux, une merveilleuse et hilarante fan d’Alice (Marie-Josée Bastien ou Linda Laplante). Pascal Humbert et Jocelyn Lagarrigue complètent la distribution. Tous sont excellents. Au programme, trahisons, impostures, mais aussi amour et abnégation. Quant au héros à la voix rauque, comment traverse-t-il cette drôle d’épreuve ? A vous de le découvrir… Toujours dans ses œuvres Wajdi Mouawad vise à embrasser la complexité et les paradoxes de la vie.

Agnès Santi

 

A propos de l'événement

Mort prématurée d’un chanteur populaire dans la force de l’âge
du Mercredi 13 novembre 2019 au Dimanche 29 décembre 2019


Du mardi au samedi à 19h30 ; le dimanche à 15h30 ; relâche les 24 et 25 décembre. Tél. : 01 44 62 52 52. Durée : 3h30 avec entracte.


Egalement les 3 et 4 mars 2020 à L’Équinoxe – Scène nationale de Châteauroux, les 17 et 18 mars 2020 au Théâtre Firmin Gémier – La Piscine à l’Opéra de Massy, du 26 mars au 5 avril 2020 au TNP, Théâtre National Populaire – Villeurbanne, les 9 et 10 avril 2020 à Anthéa, Antipolis Théâtre d’Antibes.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre