La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Montpellier Danse

Montpellier Danse - Critique sortie Danse
Crédit : Tom Qualmann Légende : Pour la première fois au Festival Montpellier Danse, le performeur Franko B.

Publié le 10 juin 2011 - N° 189

Le Festival scelle sa collaboration de plus de dix ans avec Raimund Hoghe en faisant de lui l’artiste associé de cette 31ème édition.

C’est une édition qui s’envole au gré des vents de la création, portée de-ci, de-là, vers le cirque, la performance, l’art équestre… De multiples façons de parler du corps aujourd’hui, avec, en fil rouge, la présence de Raimund Hoghe, compagnon de route et dramaturge de Pina Bausch qui a su, en plus de dix ans de festival, imposer à Montpellier une autre idée du corps dansant. Il propose cette année au public une forme de rencontre différente : six rendez-vous, conçus pour partager en face à face ses expériences et son parcours d’artiste. Pas de programme préétabli, juste l’envie d’ouvrir les portes d’un univers… Une déambulation sensible qui s’achèvera sur une création, où Raimund Hoghe rassemble ses plus fidèles interprètes pour un regard éphémère sur les grands moments de ses pièces chorégraphiques. A côté de ce pilier discret du festival, on retrouve les plus rutilants Forsythe dans une pièce fondatrice de son parcours interprétée par le Ballet Royal de Flandres, ou Ohad Naharin dans une relecture masculine de pièces de son répertoire (Project 5). Côté découverte sur le sol montpelliérain, on note la présence du chorégraphe Alban Richard : sa pièce événement, Pléiades, un concert de musique et de danse, est l’union d’une danse finement ciselée sur des trames rythmiques et gestuelles, avec la musique de Iannis Xenakis jouée sur scène par les Percussions de Strasbourg.
 
Des valeurs sûres et une invitation à l’ouverture
 
L’ouverture artistique voulue par le Festival s’exprime à travers la présence d’artistes venus d’autres horizons comme le cirque ou la performance. Bartabas investit le Corum avec la pièce qu’il a cosignée avec le danseur de butô Ko Murobushi. Le Centaure et l’animal est un duo clair-obscur où l’homme se confond avec l’animal, véritable partenaire pour un corps à corps envoûtant. Véritable électron libre, Angela Laurier est la contorsionniste la plus déjantée du paysage. Elle met son art au service d’un univers très personnel, construit sur son identité de femme et de sœur d’une grande fratrie, n’hésitant pas à convoquer sur le plateau les fantômes qui peuplent son parcours. Pas moins de trois pièces d’Angela Laurier sont programmées dans cette édition. On note également la présence – sur la proposition de Raimund Hoghe – de Franko B, artiste indiscipliné dont le corps est une véritable partition visuelle. Reconnu pour ses performances spectaculairement scandaleuses, il se montre aujourd’hui sous un visage plus apaisé, dans I’m thinking of you. Une proposition hors cadre, comme peut l’être le travail de la jongleuse Philippe Ménard, présente aussi avec trois pièces, P.P.P., L’Après-midi d’un Foehn et Black Monodie, comme témoignage d’une matière en constante transformation. Sans oublier plusieurs représentants de la danse israélienne, particulièrement inventive, à découvrir à travers diverses créations et premières en France : la rigueur de Niv Sheinfeld et Oren Laor, l’originalité impertinente de Yossi Berg et Oded Graf, la maîtrise d’Emanuel Gat, la fougue de Yuval Pick, la physicalité virtuose d’Hofesh Shechter, et le tutélaire Ohad Naharin.

Nathalie Yokel


 

Festival Montpellier Danse, du 22 juin au 7 juillet. www.montpellierdanse.com. Tel : 0800 600 740.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse