La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra / Deux nouveaux chefs en poste à Paris

Mikko Franck ou le bonheur de la musique

Mikko Franck ou le bonheur de la musique - Critique sortie Classique / Opéra Paris Maison de la Radio

PRISES DE TETE / ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE RADIO-FRANCE

Publié le 29 août 2015 - N° 235

Le jeune chef finlandais prend en cette rentrée la direction musicale de l’Orchestre Philharmonique de Radio France. Un bonheur et un honneur pour la phalange et la vie musicale parisiennes.

Par la durée et la qualité du mandat de directeur musical de Myung-Whun Chung à la tête de l’Orchestre Philharmonique de Radio France, la succession du chef coréen, après quinze années parisiennes, relevait du plus périlleux des exercices, voire presque de la mission impossible. Elle semble d’emblée promise à la plus éclatante réussite, en misant à la fois sur la jeunesse, le talent absolu et la fidélité. Ceux du finlandais Mikko Franck. Jeunesse d’abord d’un chef âgé de seulement 36 ans (il est né le 1er avril 1979 à Helsinki) qui détrône avec cette nomination Philippe Jordan (40 ans) à l’Opéra de Paris et Tugan Sokhiev (38 ans) au Capitole de Toulouse, jusqu’à présent distingués comme les plus jeunes chefs en fonction à un poste de directeur musical en France. Cette jeunesse de Mikko Franck s’est doublée au fil de son parcours d’une précocité exceptionnelle qui lui a valu de démarrer sa carrière internationale peu après le passage de la vingtaine, à l’image de sa nomination à la tête du Finnish National Opera à l’âge de 25 ans, ou de sa « première » avec l’Orchestre Philharmonique de Berlin en 2003 à l’invitation de Simon Rattle. Mikko Franck frappe également par une maturité et une profondeur humaine rares chez une personne de son âge, résultant à la fois de sa grande expérience acquise si jeune mais aussi, sur un plan plus personnel, d’une adolescence perturbée par plusieurs périodes d’hospitalisation en raison de graves problèmes respiratoires.

Un chef d’élite

Le talent de Mikko Franck, chef surdoué passé d’abord par l’apprentissage du violon avant de rejoindre les bancs de Jorma Panula, célèbre chef et pédagogue finlandais (qui a aussi formé Esa-Pekka Salonen et Sakari Oramo), lui vaut depuis une dizaine d’années des collaborations régulières avec les plus prestigieux orchestres et maisons d’opéra (Philharmoniques de Berlin, Munich, New York, Los Angeles, Israël ou Londres, Covent Garden, Opéra National de Berlin, Metropolitan Opera de New York…). Son secret, sa griffe ? Un art de la direction à son image, ouvert, naturel et heureux, reposant sur une gestuelle simple et limpide amplifiée par le contact direct créé par son regard bleu, probablement l’une des clés de son fascinant rayonnement musical. Avec Mikko Franck, la musique relève de l’évidence. Et son arrivée à Paris est aussi une affaire de fidélité car le Finlandais est l’invité régulier de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France depuis plus de dix ans. Une décennie où il a pu sonder les richesses de son nouvel orchestre, aborder un très vaste répertoire et même signer en 2009 une première réalisation discographique en commun dans des œuvres de Debussy (Images ; Printemps ; Prélude à l’après-midi d’un faune) parue chez RCA-Sony/BMG. Ces expériences parisiennes passées ont aussi permis de saisir toute la passion qui anime Mikko Franck lorsqu’il aborde la musique de notre temps. Ses premiers programmes le confirmeront avec un double hommage très symbolique à Henri Dutilleux, dont il dirigera la dernière composition, The Shadows of Time (le 18 septembre), puis à son compatriote Einojuhani Rautavaara (né en 1928), en présentant Angels and Visitations, partition majeure de 1978. Un musicien dont il vénère la musique et qu’il considère tout simplement  comme son compositeur préféré (le 2 octobre)… On pourra se souvenir qu’il a déjà dirigé à Paris son Cantus Arcticus, signé avec lui un livre de réflexions et d’entretiens, et qu’il a assuré la création mondiale de son opéra Rasputin (en 2005). A noter enfin, parmi les premiers concerts de Franck dans son nouveau statut de directeur musical parisien, l’invitation très inspirée lancée, dans le Concerto de Korngold, à l’incroyable jeune violoniste norvégienne Vilde Frang, si peu souvent encore entendue sur les scènes françaises (le 25 septembre).

Jean Lukas

A propos de l'événement

Mikko Franck ou le bonheur de la musique
du Vendredi 18 septembre 2015 au Vendredi 2 octobre 2015
Maison de la Radio
116 Avenue du Président Kennedy, 75016 Paris, France

Vendredi 18 septembre à 20h. Programme : The Shadows of Time de Dutilleux, Litanies à la Vierge noire de Poulenc, Mort et transfiguration et Till Eulenspiegel de Strauss. Tél. 01 56 40 15 16.


Philharmonie 1, 221 avenue Jean Jaurès 75019 Paris. Vendredi 25 septembre à 20h30. Programme : Concerto pour violon de Korngold (avec Vilde Frang) et Le Chant de la terre de Mahler (avec Alissa Kolosova et Christian Elsner). Tél. 01 44 84 44 84.


Maison de la Radio, 116 avenue du Président Kennedy, 75016 Paris.  Vendredi 2 octobre à 20h. Programme : Prélude de Parsifal de Wagner, Angels and Visitations de Rautavaara et Les Planètes de Holst. Tél. 01 56 40 15 16.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra