La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Critique

Lo Speziale

Lo Speziale - Critique sortie Classique / Opéra
Photo / Crédit : Marion Duhamel : Ambiance vénitienne au Théâtre Artistic Athévains.

Publié le 10 février 2012 - N° 195

Au Théâtre Artistic Athévains, Anne-Marie Lazarini redonne vie à un opéra composé par Haydn d’après un livret de Goldoni.

Les opéras de Haydn sont toujours restés dans l’ombre de ceux de Mozart. Depuis la vaste entreprise du chef Antal Dorati, qui avait enregistré l’intégrale de l’œuvre lyrique du compositeur, rares sont ceux à avoir de nouveau programmé ces ouvrages. On se réjouit donc de voir à l’affiche Lo Speziale (L’Apothicaire), créé en 1768, sur un livret de Goldoni. La directrice du Théâtre Artistic Athévains, Anne-Marie Lazarini, est en terrain connu : elle avait déjà monté il y a quelques années Les Amoureux du dramaturge italien. Sa mise en scène de Lo Speziale est sans prétention, joliment illustrative. Ne cherchant aucune transposition (qui n’aurait d’ailleurs pas de sens ici), elle mise sur une direction d’acteurs rythmée, faisant la part belle aux scènes cocasses. On suit ainsi les stratagèmes des trois rôles masculins (Sempronio, Volpino, Mengone) pour conquérir le cœur de la Grilletta, la seule femme de l’opéra ! Dans un décor vénitien, Anne-Marie Lazarini a eu la bonne idée de placer l’orchestre sur scène, créant des interactions habiles entre les chanteurs et les instrumentistes. La scénographie nous laisse par contre plus dubitative dans sa volonté de recréer le phénomène de l’acqua alta, les traditionnelles marées hautes vénitiennes. L’installation de quelques passerelles n’est convaincante ni visuellement ni dramatiquement.

Des chanteurs engagés

Les quatre chanteurs de la production font tous montre d’un bel engagement, tant musical que théâtral. Quel plaisir de voir ces jeunes voix mêler au plus près leur ligne de chant à leur jeu scénique, loin des postures statiques encore en cours dans certaines maisons… On avoue avoir eu un faible pour la soprano Karine Godefroy, au timbre riche et stylé (même si son vibrato mériterait d’être parfois un peu mieux dosé). L’écueil du spectacle vient malheureusement de l’orchestre. Pour des raisons de place et sans doute aussi économique, l’orchestre est réduit à cinq musiciens, sans compter le pianoforte d’Andrée-Claude Brayer. Avec un tel effectif, l’orchestration classique ne sonne pas (l’absence de contrebasse est particulièrement déséquilibrante). D’autant que le niveau des membres de l’Orchestre-Studio de Cergy Pontoise est inégal : beau hautbois solo de Jean-Marie Poupelin, mais cordes à la justesse approximative. On espère désormais revoir ce spectacle, de belle facture, avec un « vrai » orchestre.

Antoine Pecqueur


Lo Speziale de Joseph Haydn, mise en scène Anne-Marie Lazarini, jusqu’au 26 mars au Théâtre Artistic Athévains. Tél. 01 43 56 38 32. Places : 40 €.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra