La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

Festival Présences

Festival Présences - Critique sortie Classique / Opéra
Photo / © Ernesto Donegana : Star de Présences : l’argentin Oscar Strasnoy.

Publié le 10 janvier 2012 - N° 194

Le festival de musique contemporaine de Radio France met à l’honneur la musique d’Oscar Strasnoy.

Le Festival Présences vient de changer de directeur. René Bosc a laissé la place à Jean-Pierre Le Pavec, qui supervise désormais cette manifestation du haut de ses fonctions de directeur de la musique à Radio France. Un changement que reflète la programmation de cette nouvelle édition : alors que René Bosc privilégiait les courants néo-tonaux, Jean Pierre Le Pavec fait entendre des mouvances plus expérimentales. Le compositeur à l’honneur cette année est d’ailleurs Oscar Strasnoy, à l’esthétique… inclassable. Riche en influence extra-musicales, notamment littéraires et cinématographiques, et porté par un engagement militant, l’œuvre du compositeur argentin fait fi des dogmes de la création. Titre imprononçable (Hochzeitsvorbereitungen, le 14 janvier par l’ensemble 2e2m), genre décalé (une opérette a cappella, par les Neue vocalsolisten, le 15 janvier), Strasnoy n’a peur de rien ! Même pas de se lancer dans des chansons de variété (par l’ensemble Ego Armand, le 21 janvier) ou de se confronter au Didon et Enée de Purcell (par Musicatreize et le Quatuor Face à Face, le 21 janvier).
 
Classiques du XXème siècle
 
Toujours soucieux de théâtralité, son langage s’approprie, réinvente, déconstruit l’héritage des siècles passés sans jamais tomber dans la citation ou le pastiche. On est impatient de découvrir en création musicale ses pièces Sum n°1 et n°2 (par l’Orchestre philharmonique de Radio France, les 14 et 20 janvier) ainsi que son opéra L’instant (par l’Orchestre philharmonique de Radio France, dirigé par Strasnoy lui-même, le 22 janvier). Les autres œuvres programmées au cours de cette édition sont des classiques du XXème siècle, du Pierrot lunaire de Schoenberg (14 janvier) au Mandarin merveilleux de Bartok (20 janvier). On peut bien sûr regretter de ne pas avoir davantage de musique d’aujourd’hui, mais Jean-Pierre Le Pavec opte sans doute pour des choix stratégiques de programmation. Les concerts de Présences, auparavant à entrée libre, sont désormais payants (des tarifs uniques, entre 5 et 15 euros). En attendant l’ouverture du nouvel auditorium de la maison de la Radio, ils se déroulent intégralement au Théâtre du Châtelet.
 
Antoine Pecqueur


Du 13 au 22 janvier au Théâtre du Châtelet. Tél. 01 56 40 15 16. Places : 5 à 15 euros.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra