La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

L’Interlope (cabaret)

L’Interlope (cabaret) - Critique sortie Théâtre Paris Studio-Théâtre de la Comédie-Française
Véronique Vella, Michel Favory, Serge Bagdassarian et Benjamin Lavernhe dans L’Interlope. Crédit photo : Brigitte Engérand

Comédie-Française / conception et mes Serge Bagdassarian / musiques originales, direction musicale et arrangements Benoît Urbain

Publié le 27 septembre 2016 - N° 247

Serge Bagdassarian a conçu et interprète (avec Véronique Vella, Michel Favory et Benjamin Lavernhe) un cabaret interlope bouleversant et exaltant qui défend brillamment le choix et le droit d’aimer.

Puisqu’il faut encore aujourd’hui convaincre ceux qui confondent reproduction de l’espèce et sexualité que l’amour se moque des taxons biologiques, parce qu’on ne dira jamais assez que l’apparence des corps est une construction sociale, le spectacle conçu par Serge Bagdassarian peut valoir comme salutaire leçon d’anthropologie. Les plumes et les paillettes, le fard et les postiches rendent la démonstration d’autant plus attrayante… On conseillera donc aux faux dévots et autres défenseurs d’un naturalisme étroit d’aller élargir leur vision en découvrant le transformisme étonnant auquel se livrent les quatre comédiens du Français dans la première partie du spectacle. Dans le secret d’une loge où gaines, perruques et talons montrent que le sexe est un costume, le théâtre, art de l’illusion et des métamorphoses, se fait vibrant défenseur de la tolérance et de la liberté laissée à chacun de paraître comme bon lui semble. Reste alors à passer de l’acceptation à l’empathie, de la compréhension à la fraternité : pour ce faire, les artistes sont les meilleurs guides. L’émotion, la bouleversante sincérité de l’aveu murmuré ou la cinglante drôlerie fustigeant la bêtise sont magistralement réglées dans ce spectacle aussi désopilant que poignant.

Parlez-moi d’amour !

Serge Bagdassarian a puisé dans le répertoire de l’entre-deux-guerres pour composer le fonds poétique de ce cabaret. Evacuant les rengaines de folasses honteuses et les pochades homophobes (le moment où Véronique Vella les évoque est un des clous du spectacle), il choisit le meilleur de l’amour qui se dit sans rougir (Véronique Vella irradie dans l’interprétation de Ouvre, en hommage à la garçonne Suzy Solidor) ou qui se suggère (sidérant dépoussiérage d’Avoir un bon copain), le plus bouleversant des amours perdues (Michel Favory, impérial dans Le Condamné à mort) ou des amours à trouver (Le long des berges grises, interprété par Benjamin Lavernhe avec une émotion palpitante). Et si Serge Bagdassarian compose et signe un spectacle qui offre à tous ses camarades l’occasion de faire miroiter leurs talents, il brille entre tous dans la composition éblouissante de Camille, travesti sur le retour, dont les œillades assassines, la beauté insolente et la fierté iconoclaste sont renversantes de séduction. Entre les chansons, se raconte l’histoire de ces histrions délurés, chaque génération décrivant un rapport différent à la différence, preuve supplémentaire de la diversité du rapport à l’autre et à soi-même. Les casques, les coiffes et les boas du Moulin Rouge, prêtés pour l’occasion, font merveille ; les costumes sont somptueux, les arrangements musicaux et l’accompagnement au piano (Benoît Urbain et Thierry Boulanger en alternance) et à la contrebasse (Olivier Moret) sont parfaits. L’ensemble compose un spectacle servi par des interprètes d’exception, dont la beauté égale l’émotion et la puissance d’une tolérance militante.

Catherine Robert

 

A propos de l'événement

L’Interlope (cabaret)
du Samedi 17 septembre 2016 au Dimanche 30 octobre 2016
Studio-Théâtre de la Comédie-Française
99, rue de Rivoli, Galerie du Carrousel du Louvre, place de la Pyramide inversée, 75001 Paris.

Comédie-Française / Studio-Théâtre, 99, rue de Rivoli, Galerie du Carrousel du Louvre, place de la Pyramide inversée, 75001 Paris. Du 17 septembre au 30 octobre 2016. Du mercredi au dimanche à 18h30. Tél. : 01 44 58 15 15. Durée : 1h15.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre