La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Les Six Concertos Brandebourgeois d’Anne Teresa De Keersmaeker

Les Six Concertos Brandebourgeois d’Anne Teresa De Keersmaeker - Critique sortie Danse Paris Grande Halle de la Villette
Crédit : Anne Van Aerschot Les Six concertos brandebourgeois d’Anne Teresa De Keersmaeker

Grande Halle La Villette / Chor. Anne Teresa De Keersmaeker

Publié le 22 novembre 2022 - N° 305

Rencontre au sommet entre la chorégraphe belge et le génie de Bach.

C’est la cinquième fois que la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker affronte Jean-Sébastien Bach. Une sorte d’ascèse, donc, un exercice de haute volée, ou de haute école. Cet opus monumental réunit au plateau seize danseurs, dont seulement quatre femmes, et l’ensembe B’Rock dirigé par Amandine Beyer au violon baroque. La danse est surtout et d’abord constituée par la marche « en descendant » et « en remontant » la scène. Une sorte de vide absolu et d’essence du théâtre. La chorégraphie suit la musique à la lettre, et même à la note près ! On pourrait presque deviner, à regarder les danseurs marcher dans leurs tenues chic et noires, l’allure de la partition. Flux de la marche, traitement du collectif et de l’individuel comme le fameux « ripieno » (l’ensemble des instruments) et les solistes. L’unité c’est d’abord la ligne, qui va et vient comme le ressac de l’écume, et finit par produire une sorte de toile de fond d’où vont se détacher d’abord des accentuations, puis des mouvements individuels, des solos stupéfiants, des sauts époustouflants.

Une œuvre intemporelle

Il y a des clins d’œil à l’époque de la partition, comme ce menuet très élégant et compassé, à la danse baroque et son vocabulaire avec des « fleurets » enlevés, à la composition musicale, comme cette chienne (noire et blanche !) que l’on promène au son du cor, et même à des jeux de mots quand les danseuses semblent marcher sur des œufs. Plus les Concertos se déroulent, plus la chorégraphie prend le pas sur la marche ou la course, avec des déhanchés, des tours spiralés, des sauts sur les syncopes musicales, des déséquilibres hasardeux… et pas mal d’emprunts au vocabulaire classique qui viennent se mêler aux tours en l’air « horizontalisants » des garçons, sorte de signature de la chorégraphe. Cette pièce d’Anne Teresa De Keersmaeker est une sorte d’ode à la vie joyeuse, entraînante, dansante, effervescente comme le sont ces six Concertos Brandebourgeois.

Agnès Izrine

A propos de l'événement

Les Six Concertos Brandebourgeois
du mercredi 21 décembre 2022 au vendredi 23 décembre 2022
Grande Halle de la Villette
avec le festival d’Automne à Paris, 211, avenue Jean-Jaurès. 75019 Paris

à 19h. Tél :  01 40 03 75 75. Vu à Montpellier Danse, le 5 juillet 2019. Durée 2h.


 


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse