La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Les Etés de la Danse

Les Etés de la Danse - Critique sortie Danse Paris Théâtre du Châtelet
Crédit : Paul Kolnik Légende : Serenade, un des grands hits de Balanchine à revoir dans un programme très complet au Châtelet.

Festival

Publié le 8 juin 2016 - N° 244

Au tour du New York City Ballet de faire les belles heures estivales du Théâtre du Châtelet. Un véritable événement, compte tenu du programme et de sa rareté sur nos scènes.

Il s’agit seulement de la cinquième tournée parisienne du prestigieux ballet américain depuis les années quatre-vingts. La compagnie, à jamais associée aux grandes figures de la danse qu’étaient George Balanchine et Jerome Robbins, a su imprimer une véritable identité américaine à la danse classique. Peter Martins, qui leur a succédé, n’a eu de cesse de préserver cet héritage, que l’on distingue également à travers les créations de Justin Peck, chorégraphe en résidence au ballet qui présente ici Everywhere we go, ou de Christopher Wheeldon, qui récemment faisait entrer son Polyphonia au répertoire du ballet de l’Opéra de Paris. Avec le NYCB, on verra de ce dernier une pièce étonnamment narrative, plongeant le spectateur dans un décor de pampa argentine : Estancia, pièce de 2010, montre deux types de conquêtes, celle d’un citadin qui apprend à apprivoiser non seulement les chevaux, mais aussi le cœur d’une fille de la campagne.

Une plongée sans retenue dans l’œuvre d’une vie

Les vingt représentations de ce début juillet sont exceptionnellles   par leur rareté en France et surtout par  l’incroyable diversité des programmes, qui font appel aux plus belles œuvres des deux éminents directeurs artistiques. Des œuvres de jeunesse de Balanchine parmi les quatorze représentées, on ne manquera pas Apollo ou Serenade. Mozartiana, créée en 1933, est aussi une pièce intéressante, notamment parce qu’elle fut l’objet d’une réécriture cinquante ans plus tard par le maître. Beaucoup de ces pièces, comme Symphony in three movements, montrent à quel point l’audace chorégraphique a pu se révéler dans l’épure et le dépouillement. Simplicité des lignes, dévoilement du corps sans fioritures… Même dans Les Quatre Tempéraments, ballet qui puise son inspiration dans des « humeurs psychologiques », on se laisse happer par la modernité abstraite du traitement du corps et de la tension dramatique. Les revoir aujourd’hui, portés par la compagnie héritière de son écriture, emmène l’écriture aux yeux du public parisien dans un troublant processus de réactualisation. Quant à Jerome Robbins, il s’agira de revoir les meilleurs moments de West Side Story, qui partageront notamment la soirée avec l’idée de couple vue par Peter Martins dans Barber Violin Concerto et The Infernal Machine.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Les Etés de la Danse
du Mardi 28 juin 2016 au Samedi 16 juillet 2016
Théâtre du Châtelet
1 Place du Châtelet, 75001 Paris-1ER-Arrondissement, France

Tél : 01 40 28 28 40. http://chatelet-theatre.com/fr/event/new-york-city-ballet


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse