La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Propos recueillis Myriam Marzouki

Le tourisme au soleil : récit au vitriol !

Le tourisme au soleil : récit au vitriol ! - Critique sortie Avignon / 2013 Avignon Gymnase du lycée Mistral
© Elise Pinelli

Le Début de quelque chose / Gymnase du lycée Mistral
D’après le texte d’Hugues Jallon / mes Myriam Marzouki

Publié le 26 juin 2013 - N° 211

La franco-tunisienne Myriam Marzouki s’arrête sur la réalité contemporaine du tourisme en adaptant pour la scène Le Début de quelque chose de Hugues Jallon, qui transforme les vacances au soleil en cauchemar cinglant. 

« Ce que j’aime chez Hugues Jallon, c’est la synthèse entre les enjeux politiques et la poétique du texte. Le choix de la thématique du tourisme n’exclut pas la recherche littéraire d’un dispositif de narration éloigné de la littérature classique et de ses personnages « psychologiques ». Le Début de quelque chose traite du monde : c’est une tentative de saisie de l’état présent des préoccupations humaines. La fiction met en scène les participants d’un club de vacances. La situation initiale dérive vers d’autres configurations : groupe de développement personnel, coaching, maison de repos ou lieu de cure, camp retranché ou camp de guerre que les « résidents » investissent de façon subie, et non plus volontaire. Dans l’imaginaire contemporain, la thématique du bonheur s’entremêle à la notion de groupe fermé, à celle du tourisme, un phénomène récent dans l’histoire de l’humanité. Le texte travaille sur les « affects », sur une manière spécifique de chercher le bonheur, dans un espace confiné et irréel.

Prisons à ciel ouvert

Le tourisme révèle aussi les rapports de force entre le Nord et le Sud : les Occidentaux ont d’abord inventé ce voyage saisonnier dans leur propre pays (Proust et la Normandie). Après la Seconde Guerre mondiale, le tourisme se rapproche de la transhumance régulière des Occidentaux vers les pays du Sud. Le Début de quelque chose a été inspiré par la géographie politique et paysagère de la Tunisie mais pourrait tout autant relever de l’Asie ou de l’Afrique noire. La situation intérieure du club de vacances se modifie pour laisser apparaître un hors-champ : le pays où se trouve cette résidence dans lequel une insurrection ou une guerre civile semble advenir. Le texte résonne particulièrement car il a été écrit entre 2009 et 2010, et il est paru en février 2011, quinze jours après le début de la Révolution en Tunisie. Trois ans plus tard, on peut lire le texte comme une remise en cause de ces grands pays du tourisme, des prisons à ciel ouvert, la Tunisie, l’Egypte, la Syrie. La dimension corporelle importe beaucoup dans ces groupes fermés, et le spectacle fait appel au chorégraphe Radhouane El Meddeb, à Christophe Brault, Johannes Korthals Altes, Alain Gintzburger…  et à des amateurs représentant l’Occidental moyen, une prolongation du public. »

 

Propos recueillis par Véronique Hotte

A propos de l'événement

Le Début de quelque chose
du Lundi 15 juillet 2013 au Samedi 20 juillet 2013
Gymnase du lycée Mistral
20 boulevard Raspail, Avignon
Festival d’Avignon. Gymnase du lycée Mistral Du 15 au 20 juillet 2013 à 18h.Tél : 04 90 14 14 14. Durée : 1h45.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes