La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Agenda

Le Temps des Gitans

Le Temps des Gitans - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 mars 2008

Après sa création triomphale sur la scène de l’Opéra Bastille en juin dernier, l’opéra-punk d’Emir Kusturica est de retour sur une scène parisienne.

Depuis plus de dix ans, le monstre sacré yougoslave du cinéma, Emir Kusturica, écume les scènes internationales comme bassiste à chapeau du No Smoking Orchestra, groupe de rock flirtant avec le folklore slave, le music-hall, et une énergie déjantée héritée du meilleur et du pire des années punk. Outre les bandes originales de ses derniers films confiées au groupe, la jonction entre les deux univers – musique et cinéma – s’est faite l’an passé sur la scène de l’Opéra Bastille, avec le projet pas si surprenant d’un opéra tzigane adaptant le scénario de l’essentiel « Temps des Gitans ». Même histoire que sur écran, réécrite par Nenad Jankovic alias Dr Karajlic, leader charismatique et survolté du groupe, qui tient sur scène le rôle de l’odieux Ahmed, businessman de la mendicité enfantine. Ahmed entraîne le jeune héros Perhan dans ses trafics, en donnant en gage sa sœur handicapée. Perhan, en quittant son village, sa grand-mère aimante et sa jeune amoureuse Azra, va y perdre quelques plumes et surtout quiétude et innocence. On retrouve dans cette histoire initiatique et pessimiste toutes les images chères à Kusturica, tout son univers manouche onirique, où les mariées s’envolent, les caravanes s’illuminent, les étoffes colorent la misère… Les images vidéo viennent émailler le propos de touches poétiques, entre deux envolées du chœur des gitanes, ou quelque reprise toujours émouvante de l’éternel « Ederlezi ». On ne peut s’empêcher de regretter l’absence de certains thèmes musicaux cultissimes du film, tel l’accordéon du morceau Talijanska, et une mise en scène parfois trop immédiate, sans la subtilité inexplicable et intime du montage vidéo, qui rend les personnages si proches à l’écran. Un aléa peut-être lié aux contraintes de l’opéra, et un regret estompé par la magie du live, de la musique orchestrale, et une certaine émotion dramatique. Car le Temps des Gitans est un vrai mythe tragique qui mérite la transmission scénique.
 
Vanessa Fara


Du 22 au 30 mars au Palais des Congrès. Tél. 01 40 68 00 05. Places : de 5 à 75€. Nouveauté DVD : Le Temps des Gitans (chez France Télévision Distribution)

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques