La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Le Récit d’un homme inconnu

Le Récit d’un homme inconnu - Critique sortie Théâtre Bobigny MC93
Le Récit d’un homme inconnu, de Tchekhov, porté à la scène par Anatoli Vassiliev. Crédit : Jean-Louis Fernandez

MC93-Théâtre de la Ville hors les murs / d’après Anton Tchekhov / mes et adaptation Anatoli Vassiliev

Publié le 27 mars 2018 - N° 264

Présentée pour la première fois le 8 mars dernier au Théâtre national de Strasbourg, l’adaptation scénique du Récit d’un homme inconnu créée par Anatoli Vassiliev rejoint la MC93, dans le cadre de la programmation hors les murs du Théâtre de la Ville. Un périple théâtral hétéroclite interprété par Valérie Dréville, Sava Lolov et Stanislas Nordey.

« Une de ses hantises, déclare Stanislas Nordey au sujet d’Anatoli Vassiliev, est que les acteurs puissent s’installer dans un possible confort. » Sans doute le metteur en scène russe est-il aussi préoccupé par l’éventualité que les spectatrices et spectateurs rejoignent, eux aussi, une sensation d’aise, de sécurité. Une quiétude qui pourrait mener à une forme d’inertie, pourrait enfermer le public dans un acte de simple contemplation. Apôtre d’un théâtre vivant, mouvant, en perpétuelle recherche, un théâtre s’inventant et se réinventant au jour le jour, sans jamais clore l’horizon de ses vues et de ses moyens, Anatoli Vassiliev nous invite, en adaptant Le Récit d’un homme inconnu à la scène, à un voyage au sein de son imaginaire tout autant qu’au sein de celui d’Anton Tchekhov. Ce voyage dure quatre heures. Il est fait de nombreux tableaux, de séquences aux styles disparates et à la force inégale. Certaines scènes, entre longs silences et lenteur persistante, tiennent presque de l’incarnation pure. Par exemple lorsque Valérie Dréville et Sava Lolov donnent corps aux heures quotidiennes de leurs personnages.

Une recherche théâtrale en forme de kaléidoscope

D’autres scènes – monologuées – sont, au contraire, de purs instants de narration. Le personnage interprété par Stanislas Nordey nous raconte alors son histoire : celle d’un révolutionnaire russe de la fin du XIXème siècle qui se fait engager comme domestique chez un certain Orlov, afin de tuer son père, un important homme d’état. Face au public, dans la manière animée et organique qui est la sienne, le comédien ne parle cependant pas de politique, mais du délitement des idéaux, des espérances, de l’amour, de l’émiettement de l’existence même. Ponctuée de brèves parenthèses chorégraphiques, réalisées en solo ou en duo, la création d’Anatoli Vassiliev, malgré sa forte dimension concrète et ses plongées dans le réalisme, a tout du kaléidoscope formaliste. Icône du théâtre russe, le metteur en scène nous balade de Saint-Pétersbourg à Venise sans toujours convaincre. Mais est-ce seulement son dessein ? L’art d’Anatoli Vassiliev n’est pas plus celui du spectacle que du spectaculaire. S’appuyant sur la singularité de ses acteurs, Le Récit d’un homme inconnu déploie les fils de l’instable. Et rend compte d’une savante disposition pour l’éphémère.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Le Récit d’un homme inconnu
du Mardi 27 mars 2018 au Dimanche 8 avril 2018
MC93
1 boulevard Lénine, 93000 Bobigny

Du mardi au vendredi à 19h, le samedi à 18h, le dimanche 1er avril à 16h, le dimanche 8 avril à 15h. Durée de la représentation : 4h avec entracte. Spectacle vu au Théâtre national de Strasbourg, le 20 mars 2018. Tél. : 01 41 60 72 72. www.mc93.com


 


Egalement au Théâtre national de Bretagne, à Rennes, du 13 au 21 avril 2018.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre