La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

Le nouveau testament de John Zorn

Le nouveau testament de John Zorn - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 avril 2012 - N° 197

La soirée de clôture de Banlieues Bleues célèbre l’aura de John Zorn à travers son Book Of Angels, un répertoire de 300 morceaux interprétés par de fidèles condisciples.

En 2013, John Zorn fêtera ses soixante ans. Déjà. Il est loin le temps où ce passionné de musiques vendait des disques au Soho Music Gallery, où ce rejeton de la beat generation commençait à se produire au Roulette ou au Chandelier. Des épiques années 1970, John Zorn a néanmoins gardé l’indépendance libertaire. Héritier de Charlie Parker et d’Ornette Coleman, le saxophoniste va d’ailleurs souffler un vent de révolte sur le jazz à papa, incarnant l’esprit du downtown des années 1980 : l’ouverture aux musiques du monde entier, l’énergie du punk, l’envie de tout décaler… Puis en 1992, trois ans après la mort de son père, il fonde le label Tzadik, « l’homme juste » en hébreu. Un travail expert, à la fois documentaire et révolutionnaire, qui trouvera son prolongement sur scène au Tonic…

New New York

La plupart des chapitres de son histoire s’ancrent à Manhattan. John Zorn vit et vibre toujours au cœur de La Mecque du jazz qui porte en elle les stigmates de la Babylone post-moderne. À quelques blocs de son appartement, il a fondé un nouveau lieu : The Stone, un club austère aux confins de l’East Village, un sanctuaire pour les improvisateurs de tout bord. On y retrouve les multiples facettes de ce musicien irréductible aux grilles de lecture de la société du spectacle, réfractaire à la sacro-sainte loi des catégories, encore moins à celle des linéaires du supermarché. Abstrait et lyrique, sérieux et ludique, jazz et ensuite, John Zorn a fréquenté les œuvres de John Cage et Anthony Braxton, rendu hommage à Kenny Dorham puis à l’univers d’Ennio Morricone, salué l’éphémère mouvement Cobra et désormais le surréaliste René Daumal. Homme de mémoire et musicien de son temps, John Zorn posté sur le toit du monde brouille avec délice les pistes pour mieux nous éclairer de sa lanterne.

Jacques Denis


Vendredi 13 avril à 20h30 à la MC93 de Bobigny (93). Tél. 01 49 22 10 10. Places : 15 à 20 €.

A propos de l'événement

Spécial Banlieues Bleues


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques