La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Agenda

Le manuscrit des chiens III

Le manuscrit des chiens III - Critique sortie Avignon / 2010

Publié le 10 juillet 2008

L’écrivain norvégien Jon Fosse signe un conte poignant sur les affres du vieillissement et la force des liens tissés au fil du temps.

« Le Fou de Bassan, c’est le nom du bateau, et lui, il est chien de bateau ». Ainsi s’ouvre Le Manuscrit des chiens III de Jon Josse. Le chien, il s’appelle Haktor. Voici maintenant longtemps qu’il navigue aux côtés du Capitaine Phosphore, glissant sur les fjords pour porter de villes en villages la cargaison de sable et de gravier. Longtemps qu’il trotte sur le pont du vieux rafiot, de la timonerie à la proue, qu’il se chicane avec le vaurien Einar, moussaillon, cuisinier et homme à tout faire, qui le balancerait bien à la flotte si ça ne tenait qu’à lui. Un bon vieux chien de bateau, Haktor. Le seul. Jusqu’à ce jour, où le Capitaine Phosphore annonce qu’il en va prendre un deuxième, une chienne en plus, pour avoir des chiots. Quand Loliletta, une bonne grosse chienne arrive en se dandinant et en le toisant du haut de sa jeunesse, là, Haktor sent bien que ça ne sera pas vivable… Dans ce conte fantastique, Jon Fosse cabote au milieu des pensées qui submergent le chien, recueillant le flot des sentiments qui déferlent. De la satisfaction tranquille que lui confère une position assise par les années à l’affolement inquiet de se voir abandonné et relégué parmi les inutiles, il décrit avec tendresse les affres du vieillissement et de la jalousie. En scène, Jérôme Baëlen et Pierre-Jean Naud se glissent dans les circonvolutions de la langue du dramaturge norvégien, guidés par Dominique Sumais. A travers la relation du chien et son maître, cette fable délicate et poignante offre une belle méditation sur la fidélité et la force des liens tissés au fil du temps.
 
Gw. D.


Avignon Off. Le manuscrit des chiens III de Jon Fosse, traduction de Terje Sinding (L’Arche), mise en scène de Dominique Sumais. Du 8 au 31 juillet 2010, relâche le 24 juillet, à 19h30. Présence Pasteur, 13 rue du Pont Trouca. Tél. : 04 32 74 18 54. A lire : Mémoire et voix des morts dans le théâtre de Jon Fosse, de Vincent Rafis, préface de Claude Régy, (Les presses du réel).

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes