La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

Le blues diaphane d’Eric Séva

Le blues diaphane d’Eric Séva - Critique sortie Jazz / Musiques Paris Studio de l'Ermitage
Le saxophoniste Eric Séva © Philippe Marzat

STUDIO DE L’ERMITAGE / JAZZ

Publié le 25 octobre 2017 - N° 259

Jouant et se jouant des tessitures les plus marquées des saxophones (baryton, soprano, sopranino), démultipliées par un habile usage de la pédale wah-wah, Eric Seva signe avec son quatrième album personnel un hymne au blues qui est aussi son disque le plus profond et sensible.

Dans son nouvel opus « Body and Blues » (chez Les Z’arts de Garonne / L’Autre Distribution), le saxophoniste Eric Séva, musicien instinctif, sincère et libre, joue avec le Blues comme on joue avec le feu, comme pour faire surgir et scintiller une vérité, partager avec nous ce qu’il y a de plus brûlant et déchirant de musique en lui. C’est par la grâce de la rencontre avec Sebastian Danchin, directeur artistique de l’album, spécialiste du Blues, que ce nouveau projet a pu voir le jour. « Le parcours d’Éric Séva, de l’univers des bals populaires à celui des scènes les plus prestigieuses, s’inscrit dans une logique comparable à celle du jazz, explique Sebastian Danchin. Ma connaissance intime du blues, de son fardeau émotionnel et de sa fonction cathartique, m’a suggéré d’inciter Éric à y puiser l’essence même de sa propre sensibilité, de sa propre histoire…» poursuit-il. Belle intuition qui se traduit et se cristallise en particulier dans ce disque par un dialogue fécond avec le grand Bluesman canadien Harrison Kennedy (voix, mandoline, banjo), ex-Chairmen of The Board aujourd’hui revenu aux sources du blues pur et dur.

Le blues, langue universelle

« La force du blues tient à son pouvoir de narration individuel. Ici il est question pour moi de retrouver ma propre histoire. Une histoire marquée à jamais par ces notes bleues qui m’ont soufflé l’envie, le besoin, de devenir musicien. Savante ou autodidacte, cette langue universelle qu’est le blues possède le pouvoir de toucher, d’interroger, d’interpeller, de partager, de communiquer. C’est à ce pouvoir que j’entends faire appel dans ce projet, à travers la double voix du chanteur Harrison Kennedy et de ma propre palette de saxophones » confirme Eric Seva. Dans son « Body & Blues » où il utilise souvent ses saxophones à travers le prisme inattendu de la pédale wah-wah, il est aussi très bien entouré de Christophe Cravero (claviers), Manu Galvin (guitares), Christophe Wallemme (basse, contrebasse), Stéphane Huchard (batterie, percussions) et Michael Robinson (voix), pour faire chanter une musique profonde et chaude, à fleur de peau et de blessures, pourvoyeuse de tendresse et d’espoir. Au cœur de l’album, un cadeau : un texte inédit de Claude Nougaro intitulé « Blues diaphane » mis en musique par Séva…

Jean-Luc Caradec

 

A propos de l'événement

Le blues diaphane d’Eric Séva
du Mardi 28 novembre 2017 au Mardi 28 novembre 2017
Studio de l'Ermitage
8 Rue de l'Ermitage, 75020 Paris-20E-Arrondissement, France

à 21h. Tél. : 01 44 62 02 86.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques