La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Propos recueillis

La Volupté de l’honneur

La Volupté de l’honneur - Critique sortie Théâtre Aubervilliers Centre Dramatique National
Marie-José Malis, metteure en scène de La Volupté de l’honneur.

Reprise / La Commune / de Luigi Pirandello / adaptation et mes Marie-José Malis

Publié le 26 septembre 2016 - N° 247

Marie-José Malis reprend  La Volupté de l’honneur de Pirandello, création dans laquelle elle examine les conséquences de l’exigence de vertu et de vérité.

« Pirandello s’empare de l’art théâtral de son époque – un art bourgeois et sentimental – et le tord, le projette, le met en orbite autour des questions de la modernité. Parmi celles-là, la plus importante est celle de la constitution du sujet moderne. Comment se constituer quand la religion, la morale, la vision rationnelle du monde explosent ? A l’intérieur d’un théâtre constitué qu’il dynamite, Pirandello invente un théâtre-théorème purement philosophique porteur d’une hypothèse : il y a des choses qu’on ne peut constituer que par le théâtre. Nous sommes voués à construire la réalité puisque rien n’existe avant. La situation initiale est de pur mensonge : un comte mal marié tombe amoureux d’une jeune femme. L’amour est consommé, Agata est enceinte. Le comte Fabio ne peut pas assumer cette paternité. Pour couvrir le scandale, il embauche un individu peu regardant, Baldovino, pour servir de mari et de père de façade. Une question apparaît alors dans toute sa complexité : cette manipulation est-elle perverse ou créatrice d’une subjectivité nouvelle ?

Fabrication d’une nouvelle subjectivité

La pièce se prononce positivement : il faut suivre la discipline du rôle, jouer tous les jours l’honnêteté et l’on devient honnête. C’est une très grande idée : on peut donc se construire, mais pour cela, il faut travailler et endurer une discipline, être fidèle au principe porté par la fiction, dans toutes ses conséquences. Ce salut qui d’abord opère pour Baldovino seul, mais qui est une tyrannie sur les autres, finit par fabriquer un monde. Il faut construire l’idée d’un monde et s’y tenir. Le génie de Pirandello réside dans cette idée de s’y tenir. C’est la rigueur des conséquences, la fidélité logique, qui assure que l’on pourra tenir sur son désir. Que la vision ne va pas s’effondrer au moindre obstacle. Nos rêves, si nous sommes leurs disciples, nous transforment. »

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

La Volupté de l’honneur
du Jeudi 3 novembre 2016 au Vendredi 11 novembre 2016
Centre Dramatique National
2 Rue Edouard Poisson, 93300 Aubervilliers, France

du mardi au vendredi à 19h, samedi à 18h et dimanche à 16h. Tél : 01 48 33 16 16. Durée : 3h30.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre