La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Gérard Gelas

La Putain respectueuse

La Putain respectueuse - Critique sortie Avignon / 2018 Avignon Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir
Gérard Gelas © Manuel Pascal

Théâtre du Chêne noir / de Jean-Paul Sartre / mes Gérard Gelas
Entretien / Gérard Gelas

Publié le 22 juin 2018 - N° 267

Gérard Gelas crée La Putain respectueuse de Sartre, une pièce en forme de chasse à l’homme qui traite du racisme et que le metteur en scène explore particulièrement sous l’angle de la manipulation.

« Ce qui est montré, c’est une effroyable manipulation pour que l’establishment puisse continuer à régner. »

Vous vous dites plutôt camusien, mais cette pièce de Sartre vous attire depuis vos 20 ans. Pourquoi ?

Gérard Gelas : Elle est pour moi, avec certaines autres pièces, un repère dans le ciel théâtral. Je suis camusien, c’est vrai, parce que la pensée de midi correspond davantage à la philosophie qui est la mienne, moi qui suis méditerranéen comme Camus. Mais la pensée de Camus n’est pas une pensée d’exclusion. D’ailleurs, l’existentialisme sartrien n’est pas fondamentalement éloigné des sources de Camus : tous deux ont un tronc commun qui va de Kierkegaard aux phénoménologistes. Cela dit, en ce qui concerne le théâtre, je préfère celui de Sartre. Je le trouve plus théâtral, si vous me passez ce truisme.

Qu’est-ce qui vous intéresse particulièrement dans La Putain respectueuse ?

G. G. : D’abord l’écriture. Et puis les personnages, les situations. Il s’agit d’une œuvre située probablement dans les années 50 aux Etats-Unis (Sartre l’a écrite en 1947), au moment où règnent la fureur et les hurlements du Ku Klux Klan, où le racisme est à son point culminant – il n’a d’ailleurs pas disparu, d’où le fait qu’il y a plus d’une liaison entre l’œuvre de 1947 et aujourd’hui. C’est une chose dans laquelle on peut se retrouver, hélas. Ce qui m’intéresse beaucoup, c’est la façon dont agissent le Sénateur de cette province et son fils, qui est devenu l’amant de la Putain respectueuse – car il est très attiré par le mal comme on peut l’être quand on est élevé dans une religion trop puritaine –, la façon dont les grands de ce monde peuvent manipuler une femme du peuple pour arriver à leurs fins et procéder au lynchage d’un innocent. Pour moi, le thème central de la pièce est la manipulation des faibles par les puissants.

Est-ce que s’est posée la question de la couleur du comédien pour interpréter l’Homme noir ?

G. G. : J’ai voulu confier ce rôle à Mouloud Belaïdi qui est un acteur formidable et qui est maghrébin parce qu’une partie de nos Noirs en France sont aujourd’hui les maghrébins, même si les Noirs ne sont pas toujours bien traités non plus. Attention, je ne fais pas de comparaison stupide entre ce qui s’est passé dans les années 50 aux Etats-Unis et aujourd’hui. Je ne trouve pas que la France soit un pays raciste. Il y a un relatif respect, même s’il existe des tensions. Par contre, ce qui est intéressant, ce sont les mécanismes. C’est pour cette raison que je parle de manipulation plus que de lutte des classes ou peut-être même de racisme. Bien sûr que l’outil utilisé par Sartre est le racisme, mais ce qui est montré et ce qui reste de l’œuvre, c’est une effroyable manipulation pour que l’establishment puisse continuer à régner.

Comment avez-vous traité la peur qui entoure cette chasse à l’homme ?

G. G. : Principalement par le travail avec les acteurs qui sont ici remarquables. Ils ont une véritable âme et une grande technique. Je travaille aussi beaucoup le rythme. Je trouve que c’est une des règles fondamentales au théâtre, avant même les décors. Ici, l’œuvre permet un rythme haletant, à la façon d’un thriller, car c’est une pièce courte mais très musclée, incisive, pointue, avec un grand sens du dialogue.

 

Entretien réalisé par Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

La Putain respectueuse
du Vendredi 6 juillet 2018 au Dimanche 29 juillet 2018
Avignon Off. Théâtre du Chêne Noir
8 bis rue Sainte-Catherine, Avignon

à 19h15. Relâches les lundis 9, 16 et 23 juillet. Tél. : 04 90 86 74 87.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes