La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien Christian Rizzo

La puissance et la fragilité d’une communauté d’hommes

La puissance et la fragilité d’une communauté d’hommes - Critique sortie Avignon / 2013 Avignon Gymnase du Lycée Aubanel

Gymnase du Lycée Aubanel
D’après une histoire vraie
Chorégraphie Christian Rizzo

Christian Rizzo interroge le mouvement à la recherche des folklores unissant une communauté d’hommes, dans l’alliance de l’archaïsme et du contemporain.

« Entretenir ce rapport volontairement flou entre ces deux pôles, hélas très souvent considérés comme antinomiques – le populaire et le contemporain. »

Cette nouvelle pièce met en scène huit hommes. Autour de quoi les avez-vous rassemblés ?

Christian Rizzo : Cela faisait un petit moment que je m’intéressais à des danses folkloriques repérées plutôt dans le bassin méditerranéen, en Algérie, au Maroc, en Espagne, en Turquie, en Grèce et au Liban. Il y a dix ans, j’avais vu à Istanbul une très courte danse, et elle m’avait beaucoup marqué. J’ai décidé de partir sur le chemin du souvenir de cette danse. Pas avec l’idée de recréer une danse folklorique existante, mais plutôt d’aller puiser dans le registre factuel de ces danses, pour voir en quoi elles résonnent avec des pratiques de danse contemporaine. En déplaçant le curseur, la danse peut partir d’un coup dans une direction folklorique ou dite populaire, ou dans une danse que l’on pourrait qualifier de minimaliste. Le mouvement lui-même pouvant être assez identique, c’est plutôt la question de l’écriture de ce mouvement et le contexte qu’on donne à cette danse qui la qualifie. C’est ça qui m’a intéressé : entretenir ce rapport volontairement flou entre ces deux pôles, hélas très souvent considérés comme antinomiques – le populaire et le contemporain.

Comment s’inscrit cette pièce dans votre démarche ? Vient-elle, depuis Le Bénéfice du doute, conforter l’idée d’un retour au geste ?

C. R. : Comme toutes mes pièces, elle s’inscrit dans une suite logique. Je trouvais, ces dernières années, que la question de l’image prenait le dessus, au point que lorsque l’on discutait de mes pièces, on ne se basait pas sur l’écriture mais sur les images produites. Avec L’oubli, toucher du bois (2010), j’ai fait sortir volontairement les objets du plateau, pour chercher ce que les corps avaient à dire en tant que tels dans un espace vide, et interroger beaucoup plus l’espace scénographique en observant le vide entre les danseurs. C’est parti comme ça, et j’ai repris goût au mouvement. J’ai un regard musical avant tout, et cette musicalité, venue s’appliquer à des questions d’architecture du corps, a fait que le mouvement m’est devenu nécessaire.

Cette façon de montrer ces hommes, avec la présence de la batterie sur scène, sera-t-elle de l’ordre du rituel ?

C. R. : Faire un spectacle, c’est pour moi fabriquer d’abord un rituel, sinon cela n’a pas de sens. J’aime la question du sacré quand elle est déconnectée de l’enjeu du religieux. Ici, il s’agit de montrer comment une communauté d’hommes accepte à la fois d’être une puissance et une fragilité, comment une communauté masculine accepte d’être à la fois une force et une faiblesse.

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

A propos de l'événement

D’après une histoire vraie
du Dimanche 7 juillet 2013 au Lundi 15 juillet 2013
Gymnase du Lycée Aubanel
14 rue Palapharnerie, Avignon
Festival d’Avignon. Gymnase du Lycée Aubanel. Du 7 au 15 juillet à 18h, relâche le 11. Tel : 04 90 14 14 14. Durée estimée 1h15.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes