La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Mouette

La Mouette - Critique sortie Théâtre
Crédit Photo : DR Légende : « La Mouette, d’Anton Tchekhov, mise en scène par Christian Benedetti au Théâtre Studio d’Alfortville.

Publié le 10 novembre 2011 - N° 192

Trente-deux ans après avoir une première fois mis en scène cette pièce, au sortir du conservatoire, Christian Benedetti revient à La Mouette d’Anton Tchekhov. Une réflexion sur la création artistique, sur les troubles de « l’être au monde », à travers laquelle le directeur du Théâtre Studio d’Alfortville crée une représentation d’une étonnante vivacité.

« C’est difficile de jouer votre pièce », dit Nina (Florence Janas) à Treplev (Xavier Legrand) au début de La Mouette, « il n’y a pas de personnage vivant ». Vieux perfecto et jean élimé, la comédienne d’origine roumaine entre sur le plateau dans une sorte de quotidienneté dégagée, sans chichi, une simplicité qui confère à ses répliques, à ses attitudes, quelque chose de juste, d’immédiat, de fortement concret. Ainsi, à l’instar de tous ses partenaires de jeu (Christian Benedetti – Trigorine, Brigitte Barilley – Arkadina, Nina Renaux – Macha, Marie-Laudes Emond – Paulina, Christophe Caustier – Medvedenko, Philippe Crubézy – Dorn, Laurent Huon – Chamraïev, Jean Lescot – Sorine), l’actrice apporte un criant contre-exemple aux paroles de Nina. Des personnages vivants, il y en a bien sûr dans la pièce aux accents tragi-comiques d’Anton Tchekhov, peut-être l’une de ses plus touchantes, mais également dans la version brute et dépouillée qu’en propose aujourd’hui Christian Benedetti.
 
Une humanité à la fois contemporaine et atemporelle
 
Cette version – servie par des interprètes qui s’inscrivent dans l’espace scénique de manière organique, comme les acteurs d’une humanité à la fois contemporaine et atemporelle – fait résonner les questionnements de La Mouette (la vocation artistique, les impulsions de l’amour, les contraintes et les impasses de l’existence…) à travers un « ici et maintenant » théâtral d’une grande liberté. Réduisant à presque rien les accessoires et éléments de décor de sa représentation (des chaises, une lampe, un banc, une table…), échappant aux archétypes naturalistes des protagonistes tchékhoviens, Christian Benedetti crée un spectacle centré sur l’adresse et l’incarnation du texte, un spectacle dont l’authenticité engendre une poésie de l’espacement et du quotidien. La densité de silences qui parfois se distendent, la nudité d’un plateau vide au sein duquel surgissent et se découpent les fulgurances de la pièce, la dimension multifrontale d’une représentation qui multiplie les points de vue et les points d’écoute des spectateurs… Cette Mouette est intrigante, palpitante. Profondément vivante. Elle nous fait ressentir quelques-uns des aspects les plus troublants de l’humain. 
 
Manuel Piolat Soleymat


La Mouette, d’Anton Tchekhov (traduction d’André Markowicz et de Françoise Morvan, éditée par Actes Sud, collection Babel, 2001) ; mise en scène et scénographie de Christian Benedetti. Du 14 novembre au 10 décembre 2011. Du mardi au vendredi à 20h30, le samedi à 16h et à 19h30. Théâtre Studio, 16, rue Marcelin-Berthelot, 94140 Alfortville. Tél : 01 43 76 86 56. Spectacle vu en février 2011, au Pôle culturel d’Alfortville. Durée de la représentation : 2h15.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre