La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

La Folie Sganarelle : L’Amour médecin, Le Mariage forcé, la Jalousie du Barbouillé

La Folie Sganarelle :
L’Amour médecin, Le Mariage forcé, la Jalousie du Barbouillé - Critique sortie Théâtre
Crédit : Fabienne Rappeneau Légende : « La Folie Sganarelle dans tous ses états burlesques. »

Publié le 10 novembre 2011 - N° 192

Un triptyque farcesque de Molière sur l’amour, les médecins et les petites mesquineries. Une pochade enjouée et malicieuse de Claude Buchvald.

La comédie ballet de L’Amour médecin (1665) est « un simple crayon, un petit impromptu » qui ne valut à la représentation versaillaise que par le jeu des acteurs, la danse et la musique de Lully. La metteuse en scène Claude Buchvald, fidèle à la trame rustre et brute de l’œuvre, la restitue sans intermèdes ni orchestre. Lucinde, fille de Sganarelle, joue la malade : elle est amoureuse de Clitandre qui se déguise en médecin, la guérit et l’enlève. Avant ce dénouement heureux, le père inquiet, le fieffé Sganarelle, demande conseil à sa voisine, sa nièce, un orfèvre et un tapissier qui tous produisent un point de vue intéressé, voire malhonnête. Ces faux amis se prêtent au mensonge et à la complaisance. Quant aux médecins, Molière prend plaisir à en faire la satire en présentant quatre spécimens de leur espèce à la dégaine ridicule et au vain raisonnement, portant costume noir, chapeau pointu et langage savant. Ce sont les décideurs de notre temps et du temps passé, hommes politiques ou de pouvoir, qui n’agissent que pour leurs propres visées sous prétexte du bien collectif. Lisette (Stéphanie Schwartzbrod), la suivante à la gouaille rieuse, conduit l’action jusqu’à son dénouement. « Elle est morte de quatre médecins et de deux apothicaires », dit-elle, à propos d’une malade. Charlatans ou imposteurs, les médecins se targuent de guérir leurs patients en prescrivant des saignées, forts de leur supériorité sociale sur la crédulité populaire.
 
Claude Merlin, un Sganarelle amer et noir
 
Dans Le mariage forcé et La Jalousie du Barbouillé, le barbon Sganarelle encore inapte à « gouverner » sa femme, demande conseil à un médecin. L’homme clown est simplement ridicule par sa différence d’âge avec la promise. Claude Buchvald a suivi ce fil rouge du personnage de commedia dell’arte, rôle dévolu à Molière, autour duquel tournent d’autres figures, bouffonnes comme les philosophes – le docteur aristotélicien Pancrace et le docteur pyrrhonien Marphurius. La langue ardente de Molière résonne de son rythme bien frappé, et la tonalité colorée de l’ensemble burlesque illumine le plateau. Sganarelle représente notre médiocrité humaine, croyant prendre et étant pris, rêvant follement d’une Marilyn Monroe à lui, un mâle déchu à l’assurance tyrannique et trop confiante qui prend appui sur d’autres comparses aussi vaniteux que lui. Le rythme cadencé de ces farces, sortes de partitions sommaires mais efficaces, s’en trouve vivifié. Claude Merlin incarne un Sganarelle amer et noir, un rien beckettien ou même chaplinesque, qui reçoit des coups de bâton de comédie. Cette posture rappelle au monde la situation de Molière finissant, souffrant d’une vie surmenée par les coquetteries de sa jeune épouse Mademoiselle Molière, par ses problèmes d’argent, ses conflits avec son propriétaire et la maladie. Benjamin Abitan, Laurent Claret, Cécile Duval, Régis Kermorvan, Aurélia Poirier, Céline Vacher et Mouss Zouheyri dessinent des silhouettes caricaturales de b.d. Tous arpentent joyeusement la scène que surmonte une tour de bois, jolie citadelle du théâtre de tréteau des origines. Un feu d’artifice de langage et de jeu.
 
Véronique Hotte


La Folie Sganarelle, L’Amour médecin, Le Mariage forcé, La Jalousie du Barbouillé, de Molière ; mise en scène de Claude Buchvald. Du 3 au 6 novembre 2011 au TOP de Boulogne-Billancourt. Du mardi au vendredi à 20h30, dimanche à16h. Tél : 01 46 03 60 44. Du 16 novembre au 11 décembre 2011. Du mardi au vendredi à 20h30, dimanche à 16h30. Théâtre de la Tempête, Cartoucherie 75012. Tél : 01 43 28 36 36. Les 15 et 16 décembre 2011, Centre Culturel René Cassin à Dourdan. Spectacle vu à la Comédie de Picardie à Amiens.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre