La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Agenda

La Fille mal gardée

La Fille mal gardée - Critique sortie Danse
Légende : La fraîcheur d’une pièce de 1789. Photographie : Sébastien Mathé

Publié le 10 juin 2009

La Fille mal gardée est le plus ancien ballet connu du répertoire classique français. L’Opéra de Paris nous propose de redécouvrir cette pièce de 1789 dans la version chorégraphiée par Frederick Ashton en 1960.

Créé par Dauberval au Grand Théâtre de Bordeaux, quelques jours avant la prise de la Bastille, le ballet La Fille mal gardée repose sur un sujet qui marque une rupture par rapport au répertoire de la fin du XVIIIe siècle : deux jeunes paysans s’aiment, mais la mère de la fille veut la marier au fils d’un riche fermier… Ni Dieu, ni créature mythologique, mais un argument emprunté à la vie quotidienne, offrant aux danseurs la possibilité d’incarner des êtres de chair et de sang. Frederick Ashton, dans sa version, tire tout le parti possible de cette histoire à la fois cocasse et sensible. Il met en valeur la virtuosité des solistes, tout en conservant des caractères originaux du ballet : l’utilisation de rubans et les portés du pas de deux final, notamment, relient cette version à la richesse des multiples recréations qui ont jalonné les XIXe et XXe siècles.
Marie Chavanieux


La Fille mal gardée, chorégraphie de Frederick Ashton. 16 représentations du 27 juin au 15 juillet 2009 à 19H30 au Palais Garnier, place de l’Opéra, 75009 Paris. Rés. 08 92 89 90 90 (0,34 € la minute) et www.operadeparis.fr.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse