La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

La Double mort de l’horloger

La Double mort de l’horloger - Critique sortie Théâtre Paris _THEATRE DE CHAILLOT
Entre onirisme et lucidité, une plongée dans le monde européen des années 20. Crédit photo : Agathe Poupeney

Chaillot/ D’après Ödön von Horváth / mes André Engel

Publié le 28 septembre 2013 - N° 213

Fin connaisseur d’Ödön von Horváth (1901-1938), André Engel réunit deux de ses pièces écrites à dix ans d’intervalle, qui traitent toutes deux de l’assassinat d’un horloger, dans des perspectives très différentes. Des œuvres à la croisée d’enjeux existentiels, métaphysiques, sociaux et historiques : une ouverture sur la conscience humaine. 

Familier d’Ödön von Horváth – on se souvient notamment du spectacle Le Jugement dernier (2003), remarquable et captivante mise en scène -,  André Engel crée à Chaillot un diptyque  qui met en regard deux pièces : Meurtre dans la rue des Maures (1923) et L’Inconnue de la Seine (1933), qui relatent  chacune l’assassinat d’un horloger mais dans des circonstances et avec des conséquences très différentes. Ces deux faits-divers criminels éclairent des trajectoires individuelles et reflètent aussi leur époque. De 1923 à 1933, la crise politique et sociale en Allemagne s’est aggravée jusqu’au paroxysme,  et jusqu’à l’installation au pouvoir d’un tyran dont on n’imagine pas encore qu’il va plonger l’Europe entière dans l’horreur.  Alors que la première pièce baigne dans une atmosphère expressionniste teintée de lyrisme, à l’écriture poétique, la seconde propose une vision plus pernicieuse et froide. Comme l’a confié André Engel dans nos colonnes (La Terrasse n°212) : «  En 10 ans, Horváth est passé d’un univers de cauchemar à quelque chose d’encore pire : quelque chose de plus sourd, de plus vénéneux, de plus implacable, de plus insaisissable… Sous l’apparence d’un monde qui voudrait laisser la place à davantage d’espoir, on se rend finalement compte que la situation devient encore plus malsaine, et totalement désespérée. »

Un surplus de sens

De la confrontation scénique entre ces deux pièces, André Engel souhaite faire surgir un surplus de sens, un éclairage sur la façon dont l’Histoire et l’époque peuvent influencer l’écriture.  Selon le metteur en scène, ces pièces évoquant des crimes sont pour Ödön von Horváth « un cadre permettant de développer le sujet de la pulsion de mort et ainsi toucher au métaphysique ». Le réel est ici traversé de touches d’anormalité, de bribes d’onirisme, et ces pièces selon les mots mêmes de l’auteur sont « des tableaux qui montrent le combat du conscient contre le subconscient ». André Engel dépasse le cadre narratif et met en forme des ponts et liaisons entre les deux œuvres, combinant et faisant résonner les dimensions humaine, sociale et historique de ces deux drames.

Agnès Santi

A propos de l'événement

La Double mort de l’horloger
du Jeudi 17 octobre 2013 au Mercredi 9 octobre 2013
_THEATRE DE CHAILLOT
1 Place du Trocadéro, 75016 Paris
Du 17 octobre au 9 novembre à 20h30, dimanche à 15h30, relâche lundi.  Tél : 01 53 65 30 00. Durée : 2h
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre