La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Classique / Opéra - Gros Plan

LA CHUTE DE FUKUYAMA

LA CHUTE DE FUKUYAMA - Critique sortie Classique / Opéra Paris Salle Pleyel
Crédit photo : Harald Hoffmann / DG Légende photo : Daniel Harding dirige la création de La Chute de Fukuyama, opéra vidéo de Grégoire Hetzel, à la Salle Pleyel.

De la musique à l’écran, de l’écran à la musique
OPÉRA VIDÉO / SALLE PLEYEL

Publié le 27 février 2013 - N° 207

Distribution de haut vol (Jennifer Larmore, Isabelle Cals, Tom Randle, Kevin Greenlaw) pour cette création originale, dirigée par Daniel Harding, regard lyrique et en images sur le 11 septembre.

Depuis ses débuts, l’opéra a souvent trouvé son moteur dans la mythologie. Une autre tentation, pour les compositeurs, est de convoquer le monde moderne sur la scène lyrique. Grégoire Hetzel, avec La Chute de Fukuyama, se place clairement dans la seconde perspective : le livret de Camille de Toledo se concentre sur la journée du 11 septembre 2001. La démarche n’est certes pas nouvelle : Wozzeck ou même La Traviata parlent du monde de leur temps et, plus récemment, le compositeur américain John Adams s’est saisi de l’histoire contemporaine (dans Nixon in China ou La Mort de Klinghoffer).

Babel lyrique

L’originalité de La Chute de Fukuyama tient plutôt à ce qu’il s’affiche ouvertement comme un opéra mondialisé. L’événement évoqué a pris une valeur universelle, il a créé par l’image une mythologie moderne, et c’est tout naturellement que la vidéo irrigue cet ouvrage hybride : ce sont avant tout les images qui ouvrent la mémoire du 11 septembre. Cela se traduit aussi par le recours à six langues qui font de l’oratorio de Grégoire Hetzel une véritable Babel lyrique et par une action située dans divers aéroports à travers le monde (l’aéroport comme lieu emblématique de nos vies bousculées, c’était déjà l’ingrédient de l’opéra de Philippe Manoury, 60e Parallèle, en 1997). Pour autant, La Chute de Fukuyama ne renonce pas tout à fait à s’inscrire dans la lignée des opéras mythologiques et du théâtre antique. Pour preuve, ce rôle de Pythie, folle comme Cassandre, dévolu à la mezzo Jennifer Larmore.

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

LA CHUTE DE FUKUYAMA
du Vendredi 29 mars 2013 au Vendredi 29 mars 2013
Salle Pleyel
252 rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris
Vendredi 29 mars à 20h. Tél. : 01 42 56 13 13. Places : 10 à 45 €.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra