La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Gros Plan

Kareyce Fotso et Aly Keïta

Kareyce Fotso et Aly Keïta - Critique sortie Jazz / Musiques
© Michel de Bock Légende : Kareyce Fotso collectionne les récompenses. En 2009, elle fut lauréate du Prix de la Francophonie.

Publié le 10 février 2011 - N° 185

Grandes découvertes et trésors d’Afrique

Une soirée placée sous le signe de la découverte avec deux musiciens africains renversants.

Depuis plus de quinze ans, le label belge Contre Jour s’est imposé comme un formidable dénicheur de talents africains : de Habib Koité au Gangbé Brass Band en passant par Dobet Gnahoré. En plus de la production des disques, la structure aide au développement des carrières de tous ces artistes captivants. Fidèle à cette démarche, Contre Jour s’installe pour un soir sur la scène du Studio de l’Ermitage pour présenter deux de ses protégés : Aly Keïta et Kareyce Fotso. Lui en est déjà à son second disque sur le label : trois ans après « Akwaba Iniséné », « Farafinko » tient une place particulière dans le parcours impressionnant de ce virtuose du balafon. Complice de jeu de musiciens flirtant entre jazz et musiques traditionnelles comme Joe Zawinul, Omar Sosa ou Trilok Gurtu, Aly Keïta aime également jongler entre les formations, du trio au quintette. Avec « Farafinko », le natif du Mali se lance pour la première fois dans un tête à tête saisissant avec son instrument de prédilection. Son balafon, il l’a customisé pour le faire sonner comme personne. Et le résultat vaut le déplacement : à la fois douces et déchaînées, ses mélodies entrent dans la tête pour ne plus en sortir. A mille lieux de la figure du virtuose sans émotion, Aly Keïta se sert de sa connaissance inouïe de l’instrument pour emporter l’auditeur dans une transe capitonnée. Kareyce Fotso se livre pour sa part à un tout autre genre d’exercice en solitaire : rien d’autre qu’une voix intense et une guitare vagabonde. Cette jeune Camerounaise est la toute dernière signature du label Contre Jour. Son premier disque sorti l’an dernier, « Kwegne », a révélé au reste du monde un art du clair-obscur que ses compatriotes goûtaient déjà depuis des années : ses chansons sont empreintes d’une émotion à fleur de peau, d’un blues singulier, où sa voix délicatement éraillée traversée par la tradition musicale africaine fait des merveilles. Très jeune, la demoiselle a connu les cabarets de Yaoundé avant d’intégrer avec succès et brio le groupe d’Erik Aliana, Korongo Jam. Comédienne remarquée dans la pièce Jazz de Koffi Kwalé, Kareyce Fotso affiche sur scène une présence magnétique. Partout où elle passe, le public chavire. Le Studio de l’Ermitage ne devrait pas déroger à la règle.

Mathieu Durand


Mercredi 9 février à 20h30 au Studio de l’Ermitage. Tél. 01 44 62 02 86

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques